Pour cette deuxième sonnité de la saison, LYL invite dans le grand atelier SUMO Ann Yard — autrefois Vophoniq — et le duo Kaumwald , pour deux lives explorant le répertoire expérimental contemporain. Exclusivement sonore cette fois, la réunion, trimestrielle, présentera ainsi, dimanche 6 décembre, deux formations locales aux procès so - nores bien distincts, quoique partageant, à nos oreilles du moins, une épaisseur musicale, narrative et accidentée, commune.

Kaumwald Live

Le duo réunit depuis 2011 deux musiciens aux parcours et recherches musicales hétérogènes: sous 1er Chasseur, Clément Vercelletto laisse libre cours à sa passion bruitiste, fondant dans des boucles corrosives sa mécanique modulaire. Ayant glissé d’une instrumentation classique vers la synthèse électronique, ses lives solos restent toutefois emprunts de sa formation initiale: son usage des per - cussions, sourdes, viscérales, témoigne notamment de sa maturité. Cet encrage rythmique se retrouve, d’ailleurs, dans la musique prodiguée par Kaumwald. Travaillant également au sein du Collectif Si, Ernest Bergez multiplie les projets (La Novia, Tanz Mein Herz, etc..) dont le plus récent, en solo, Sourdure, a trouvé à travers le label [tanzprocesz] une médiation des plus justes. La Virée, sorti au printemps 2015, dévoile la complexi - té de son langage sonore: outre le court-circuit et le détournement de ses instruments électroniques et l’emploi de field-recordings tonitruants, Sourdure s’adjoint les éléments d’un répertoire traditionnel — obsolète diront certain — embrassant à travers violon et chant en patois, son ascendance auvergnate. Il est dès lors plus aisé de comprendre la densité sonore de Kaumwald — dont la première sortie sur Opal Tapes (Hantasive, 2014) sera bientôt ré-éditée sur cassette à travers Taumaturi, et les plus récentes productions pressées sur vinyle via In Paradisum (avec le parisien December).

Ann Yard Live

Humble patron de Planespotting, Ann (alias investit spécialement pour l’occasion) s’employa d’abord à faire de l’échantillonnage sa méthode première de production, pour découvrir ensuite la synthèse — alors vécue comme une révélation, parallèle à d’autres, plus silencieuses, mais relevant d’une seule et unique manière d’être au monde, et donc d’être au son. Car la musique n’est, pour lui, plus un je(u), mais une condition existentielle.

S’il peut penser, plusieurs mois durant, un projet avant tout mouvement (phy - sique) vers sa réalisation, son exécution, elle, se fait dans l’instant, à l’image de son hommage à Tensing Norgay (2014). Avant cette ôde au sherpa népalais — à son ascension?; Ann avait composé Cosmogonie (Dawn Records, 2012), pièce hautement symbolique, et fomen - tait déjà les projets de sa plateforme, qui joints à ses recherches celles des musiciens Hajj, Opaque Transparent et MTUA.

Dimanche 6 décembre
19h -- 21h / 5e
3 passage Gonin, Lyon 1er

A LA UNE

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !