Soutien

  • bo0om


  • Mr Gérard COLLOMB
    MAIRE DE LYON


    Monsieur,

    La Compagnie Izidoria, lyonnaise et dédiée aux arts du récit vous demande, par cette lettre, de ne pas expulser le collectif Grrrnd Zéro, rue Pré Gaudry à Gerland.

    Ce lieu doit vivre, il représente à nos yeux, un des derniers refuge lyonnais d'expression artistique spontanée, libre, un lieu de création, de rencontre, d'exploration où l'on a la chance de découvrir l'avant garde des nouvelles émergences urbaines lyonnaises et internationales, à travers les concerts, les performances, les expos...

    La Compagnie Izidoria curieuse des formes nouvelles que sont le mélange des genres à travers les pratiques populaires n'a de cesse de trouver dans ce lieu, de vraies propositions audacieuses, originales, singulières où il nous semble que la jeunesse actuelle s'y sent bien, vraiment.

    Grrnd Zéro est un vivier authentique où l'imaginaire de la ville explose sous toutes ses formes, un lieu citoyen où les gens jouent, travaillent, s'interrogent et apprennent à oeuvrer ensemble, dans le respect de chacun et des différences, en donnant à tous l'occasion d'être responsable tout en s'amusant.

    Un lieu unique qui a fait ses preuves, un lieu très populaire, nécessaire, qui est devenu une référence de qualité et d'exigence. C'est à Grrrnd Zéro que fleurissent des nouveaux langages plein d'humour et de fantaisie à travers le feu sacré de la scène alternative ou underground, l'offensive de la plume et la poésie du crayon. Une transmission par l'énergie, l'invention, la réflexion qui font la force d'un collectif cohérent, engagé dans les valeurs universelles de la démocratie, liberté, justice.

    C'est pourquoi, nous vous prions de reconsidérer votre décision : il est urgent de conserver un accès à la culture pour tous, urgent de préserver un lieu qui pour nous fait déjà partie de notre patrimoine.

    Et de même que nous sommes fiers du jardin du Musée St Pierre, nous pouvons dire aujourd'hui que nous sommes fiers d'avoir cet espace « Grrrnd Zéro », parce que c'est un phénomène, unique, incontournable, mémorable.

    Je vous prie d'agréer Monsieur le Maire, l'expression de mes salutations sincères.

    ................. de la Cie IZIDORIA
  • Messieurs les Décideurs,

    Par ce mail je tiens à soutenir l'asssociation GRRRRRD ZERO pour le caractere exceptionnel de la demarche et de l'alternative qu'elle propose à notre culture en 2012.

    Né à Londres, ayant beaucoup voyagé en Europe, Habitant Grenoble depuis 10 ans et ayant habité St Etienne aussi 15 années donc fervent defenseur de la Region Rhones Alpes, mon humble avis est que si Lyon souhaite se demarquer en tant que grande ville dans le paysage Européen elle se doit de soutenir de telles associations si elle souhaite repésenter la Culture au sens large au meme titre que les Biennales d'Art comptemporain, festival Fourviere et autres Nuits Sonores....voire plus car "pur" au sens culturel...

    Président de l'association Dynamo Grenoble (20 personnes), je ne vous cache pas que les rares fois ou nous nous deplacons à Lyon, c'est pour participer à ces concerts dont la programmation est unique en France.... voire en Europe, ces soirées constituent pour nous une alternative réelle aux autres programmations. L'ambiance est tjs bon enfant et la suppression de cette assoc' me toucherait ainsi que les membres de notre Association.

    Je vous prie de soutenir GRRRND ZERO et je suis sur que vous trouverez le meilleur compromis pour satisfaire les 2 parties.

    Meilleurs voeux par la meme occasion

    Au nom de la region Rhones Alpes, la France et de l'Europe...

    Dynamo Grenoble (loi 1901)
  • Messieurs,

    Je m'adresse à vous pour manifester mon mécontentement vis-à-vis l'intention d'expulser le collectif GRRRND ZERO. Face à cette nouvelle, je me sens très déçu par la manière comment seulement certains acteurs de la culture, d'habitude plus conventionnels et avec des liens plus étroits avec la sphère politique, sont favorisés, alors que d'autres, tels que GRRRND ZERO, sont de plus en plus mis à l'écart pour des raisons qui semblent m'échapper. Je ne comprends toujours pas pourquoi un collectif qui veille aux normes de sécurité, au respect du voisinage, qui abrite des diverses endroits d'exposition et de création, qui réutilise des infrastructures abandonnées et oubliées, qui soutien des propositions ignorées par le grand public et surtout, qui fait de votre ville un endroit unique, doit être expulsé de son foyer actuel et se voir obligé à recommencer de (ironiquement) zéro. C'est déjà assez difficile de réaliser les projets de telle envergure d'une façon véritablement alternative, alors pourquoi en ajouter encore une couche?

    J'habite en Belgique et je fais de la musique expérimentale depuis presque 7 ans. J'ai eu l'occasion de visiter les installations de GRRRND ZERO lors d'une tournée en Europe durant le printemps 2010. J'ai eu la chance de pouvoir jouer ma musique dans des endroits très divers : galeries d'art, bars/cafés, salles de concert "professionnelles", squats, maisons, espaces à l'air libre,... et une de mes expériences les plus mémorables reste sans doute le temps que j'ai passé à GRRRND ZERO. La première chose qui m'a percuté lors de ma visite était le degré de responsabilité avec laquelle l'équipe de GRRRND ZERO réalisait ses activités: de la maintenance et aménagement des salles à la programmation et déroulement des concerts, tout était fait avec un dévouement et soin digne de n'importe quelle institution culturelle "sérieuse". Il suffit de regarder les affiches qui décorent les murs de l'endroit pour se rendre compte que GRRRND ZERO n'est pas un ensemble d'amateurs. Quel organisme peut proposer des espaces de répétition, réaliser des ateliers, maintenir un bâtiment entier et organiser près de 30 concerts annuels de tous les genres confondus et de façon complètement autonome? A part un haut degré de responsabilité, pour réaliser ce type de tâche il devient apparent pour moi qu'il faut quelque chose qui semble manquer chez la majorité des acteurs du secteur : une véritable ouverture d'esprit. GRRRND ZERO ne cherche pas à satisfaire un seul public niche, GRRRND ZERO cherche à valoriser l'art, point. Et surtout l'art sous le radar. Sans des instances comme celle-ci, pouvez-vous vraiment parler d'une scène culturelle riche et diversifiée? Je ne pense pas.

    Tout ce que nous vous demandons est simple : laissez GRRRND ZERO continuer à utiliser leur foyer pour le bien qu'il est en train de faire et qu'il fait depuis tellement de temps. N'entravez pas l'effort de ces individus qui luttent pour donner à la société quelque chose de différent.

    Cordialement,

    Ernesto G.

  • Bonjour Messieurs,

    Je ne sais pas si vous lirez effectivement ce mail ou si vos secrétaires respectifs/respectives se chargeront de les envoyer directement à la poubelle. Dans le doute, je me lance.

    J'habite à Metz, une petite ville de 120.000 habitants de l'Est de la France, culturellement riche de ses nombreux acteurs et actrices mais malheureusement pauvre en lieux leur permettant de s'exprimer librement. Je suis né dans la région et je vis dans la bourgade depuis 7 ans maintenant. Jamais nous n'avons eu la chance (je dis "nous" car nous sommes des centaines voir des milliers à évoquer toujours le même constat désarmant) d'avoir un lieu comme le Grrrnd Zero de Lyon.

    Je suis musicien et j'ai eu par plusieurs fois la chance de jouer dans votre merveilleuse ville. C'est au Grrrnd Zero que je m'y suis senti le mieux. Le plus libre, le plus écouté, le plus compris. Grrrnd Zero est plus qu'un lieu de création et de diffusion, c'est un lieu d'échange et de vie. C'est un lieu géré par des personnes pour qui cela (la création, la diffusion, l'échange et la vie culturelle de votre cité) est plus important que tout. Parmi ces personnes, il y a des gens dont je me sens proche. C'est un véritable déchirement pour moi de savoir qu'elles vont être bientôt mises à la porte.

    S'il vous plaît, ne les privez pas - NE VOUS PRIVEZ PAS - de cette chance unique. Votre ville, je la connais et je l'apprécie notamment grâce à Grrrnd Zero.

    Cette petite lettre a été écrite à brûle-pourpoint. Je n'ai pas réfléchi à la forme la plus adéquate à lui donner ou à l'emploi des formules les plus chocs en vue de vous convaincre. Je souhaite simplement que vous preniez conscience de l'importance qu'à ce lieu pour moi. Et je ne suis pas le seul. Nous sommes - je le répète - des milliers dans ce cas-là.

    Cordialement,

    S. FLORIAN

  • Gilles Poizat

    Lyon, le 23 janvier 2012

    A l’attention de Gérard Collomb, maire de la ville de Lyon
    et de Georges Képénékian, adjoint à la culture.


    Messieurs,

    Originaire de Lyon, je n'y habite à nouveau que depuis 2 ans, après avoir passé 20 ans ailleurs. Je suis musicien professionnel, travaillant avec d'autres musiciens qui n'habitent pas Lyon et n'ai donc pas besoin d'être à Lyon pour mon métier. Un des arguments qui m'a fait revenir à Lyon est sa vie culturelle et, notamment, sa scène alternative, les expérimentations artistiques, la découverte dans une même soirée de groupes locaux et internationaux hors-normes, les lieux de convivialité autour de cette musique, les croisements avec d'autres formes artistiques (arts plastiques, vidéo,...). En bref, vous l'aurez je l'espère reconnu : le Grrrnd Zéro est pour beaucoup dans mon choix de venir m'installer à Lyon.

    Je ne peux pas imaginer que l'équipe municipale ne puisse pas reconnaître dans l'activité du Grrrnd Zéro un atout important pour la ville de Lyon. Lyon est connu internationalement pour sa scène alternative tant du point de vue des groupes lyonnais (dont beaucoup répètent à Grrrnd Zéro), des labels lyonnais (dont certains ont leurs bureaux à Grrrnd Zéro), que du point de vue de la programmation de concerts. Grrrnd Zéro fait partie des rares organisateurs de concerts qui ont réussi, au fil des années, à rassembler un public curieux de venir découvrir des groupes qu'ils ne connaissaient pas avant. Comment la ville de Lyon pourrait-elle passer à côté de cette énergie incroyable déployée par des passionnés qui créent du lien entre les gens, qui rendent vivants les liens entre les propositions artistiques hors-normes et le public, qui permettent à des groupes du monde entier de venir jouer à Lyon et au public d'y avoir accès sans que le prix de l'entrée soit prohibitif ? Depuis l'interdiction d'organiser des concerts aux locaux de Gerland, cette énergie se disperse et les concerts hors-les-murs ne peuvent réunir ni les mêmes ambiances, ni les mêmes conditions d'accueil des groupes et du public. Déjà, la vitalité culturelle de la ville s'en ressent.

    Il en va de votre responsabilité, en tant qu'élus municipaux, de ne pas laisser se dissiper cette force locale faisant de Lyon une ville qui, à côté de ses grandes manifestations culturelles prestigieuses (Biennales, Opéra, ONL, Nuits sonores, Subsistances,...), propose aussi une scène alternative où se croisent, tout au long de l'année, les propositions d'artistes locaux et internationaux, devant un public lyonnais et au-delà (quand j'habitais dans le Bugey, je faisais 3h de voiture aller-retour pour une soirée Grrrnd Zéro). Je demande à l'équipe municipale de mettre ses compétences et sa volonté politique au service de la recherche d'une solution pour que Grrrnd Zéro puisse continuer l'ensemble de ses activités dans un lieu unique.

    En vous priant, Messieurs, d'agréer mes sincères salutations,

    Gilles Poizat
  • Guillaume P.

    Attn : Monsieur le Maire
    Gérard COLLOMB
    Mairie de Lyon
    1, place de la Comédie
    69205 LYON Cedex 01.


    Belfort, le 18 janvier 2012.

    Objet : lettre de soutien au collectif Grrrnd Zero.

    Monsieur le Maire, bonjour,

    Je m'appelle Guillaume P., j'ai 31 ans, domicilié à Belfort. Je fais partie du label musical artisanal Fragments. Je suis également membre des groupes WelldoneDumboyZ, El Redrop Rock, L’œil De La Chute, Mental Hygiene Terrorism Orchestra, et auteur dans différents webzines et fanzines. Je suis sans profession et au RSA car mon métier, ma passion, ma raison de vivre, ne me permet pas de subvenir à mes besoins. Quel métier ? La musique. L'art. J'arrêterai là ma présentation.

    Car si je vous écris, c'est donc pour apporter un soutien moral et officiel au collectif Grrrnd Zero de votre belle ville de Lyon. Apprenant les dernières difficultés que ce collectif vit, notamment son éviction de ses locaux, sans proposition concrète et viable de relocation, je suis tout à la fois choqué, inquiet et attristé.

    Grrrnd Zero est pourtant un vivier impressionnant de forces souterraines :créatives, culturelles, sociales. « Souterraines », car il s'agit bien d'une démarche située en marge. En marge de la société de consommation. En marge de la société de consommation culturelle. Et surtout pas élitiste : grands ouverts à tous, ils ont d'ailleurs toujours beaucoup communiqué dans ce sens. Des dizaines, des centaines de concerts, mais aussi d'expositions et de projections, y ont été organisés depuis sept ans, via une trentaine d'associations. Grrrnd Zero permet aux artistes (extrêmement nombreux et variés) peu ou pas diffusés ailleurs, de provenances locales comme internationales, de s'exprimer, de partager leur art, de faire découvrir à d'innombrables spectateurs des nouveaux horizons artistiques et humains, souvent trop peu exposés dans les autres espaces culturels. Et tout cela au travers d'une éthique refusant le profit, avec pour seuls intérêts l'art pour l'art, la culture accessible à tous, même à ceux qui n'auraient pas les moyens.
    Grrrnd Zero, c'était aussi un lieu où des musiciens pouvaient travailler, on y trouvait des bureaux, un laboratoire photo, des labels et divers collectifs rassemblés.

    Grrrnd Zero a donc besoin d'un lieu unique où concentrer ses activités, pour des raisons évidemment pratiques, mais également pour conserver un véritable espace de rencontre, de découverte - ouvert à tous, je le répète. Mais aussi un centre où travailler en collectivité, un véritable terreau d'émulation créative et sociale. Oui, sociale ; le mot est lâché. Car tout ceci dépasse bien le cadre artistique. Grrrnd Zero était un lieu où il faisait bon vivre, c'est ça : vivre ! Et c'est moi, un Belfortain, qui vous écrit cela, car je connaissais ce lieu, je l'appréciais. On s'y sentait bien, sans doute parce qu'on y était accueilli avec une gentillesse rare et une envie de partage palpable.

    Ainsi, si vous ne proposez pas une vraie offre pour reloger le collectif Grrrnd Zero, c'est tout cela que vous allez perdre. Vous, la belle ville de Lyon. Vous, Monsieur le Maire, représentant de cette ville. Et vous, l'être humain, qui avez également besoin de nourriture culturelle, artistique, ou tout simplement de divertissements, de lieux où sortir et se sentir à l'aise, de lieux de découvertes, de rencontres, de lieux réellement enrichissants.
    Sans agir dans leur sens, vous priveriez des centaines de personnes, artistes, spectateurs actifs ou non, associations locales ou non, d'un lieu de vie qui leur est essentiel. Pour certains, vital, même. En bref, vous amputeriez tout un réseau. Et vous vous amputeriez vous-mêmes de ces richesses.

    C'est pour cela, Monsieur le Maire, que je vous demande humblement de reconsidérer l'importance du collectif Grrrnd Zero pour votre ville, ses habitants, ses acteurs et ses visiteurs. De proposer un lieu unique où reloger ce formidable et tentaculaire collectif de collectifs (pourtant de bonne volonté et de bonne foi, et qui, je le rappelle, ne cherche aucunement à se faire des bénéfices).

    En espérant que vous prendrez en compte cette lettre, qui montre mon soutien à Grrnd Zero autant que mon inquiétude face à sa situation actuelle. En espérant surtout que vous aurez des nouvelles propositions à leur faire.

    Veuillez accepter, Monsieur le Maire, mes plus sincères salutations,

    Guillaume P. (artiste autant que spectateur, Belfortain visiteur occasionnel de votre belle ville de Lyon et humble défenseur-admirateur du collectif Grrrnd Zero.)

  • Jérôme Noetinger
    www.metamkine.com
    www.revueetcorrigee.net

    Lettre de soutien au Collectif Grrrnd Zero, 40 rue du Pré-Gaudry, 69007 Lyon

    à Gérard Collomb
    Mairie de LYON
    1, place de la Comédie
    69205 Lyon cedex 01



    Et si la France s’éveillait


    Rives, le 14 février 2012

    Le Collectif Grrrnd Zero est menacé d'expulsion et donc de cessation d'activités (trop nombreuses à décrire ici). En tant que musicien, directeur d'un catalogue de distribution de disques (Metamkine) et membre du comité de rédaction du magazine Revue & Corrigée, et tout simplement citoyen - pour parler votre langage pré-électoral - je suis atterré d'une telle menace. C'est tout un travail de diffusion et de création qui est condamné, tout un tissu de liens locaux, nationaux et internationaux, menacé de disparition.
    Et pourquoi ? Pour simplement répondre au diktat d'un fascisme financier qui sous couvert de représentation, ne pense qu'à l'intérêt d'un petit nombre au mépris de la différence.

    Différence, diversité, exception culturelles, grandes formules que vous utilisez facilement sans jamais les appliquer.

    Comment se fait-il qu'une ville comme Lyon ne puisse pas voir un espace alternatif comme Grrrnd Zero exister sur le long terme ?
    Je suis dans la région grenobloise depuis 1986 et depuis cette date, j'ai oublié le nombre d'initiatives similaires qui ont été sabordées par les pouvoirs municipaux lyonnais.

    Un jour votre ville sera tellement triste et formatée que seuls les bureaucrates et les grandes compagnies financières seront heureuses d'y résider.

    Votre mépris et votre arrogance peuvent finalement être interprétées comme un signe de peur devant des démarches autogérées échappant à vos catégories administratives.

    Et si un jour la France s'éveillait, elle vous botterait le cul.

    ----------
    Jérôme Noetinger
  • Monsieur le Maire de Lyon,

    Nous sommes une agence d'artistes internationale, basée à Paris et Berlin.

    Nous faisons tourner des artistes de musiques actuelles (mais aussi des expositions, et sommes parfois curateurs d'événements interdisciplinaires) dans toute l'Europe, et nous attachons à défendre de la musique ce qu'elle recèle de moins conventionnel, de plus inattendu, de plus inouï. Nous sommes convaincus que la présence de la création la plus vivace au coeur des populations est un élément clé de l'attachement des citoyens à leur cadre de vie.

    Grrrnd Zero est de ces structures qui, par son dynamisme et son acuité artistique, apporte une pierre nécessaire à l'existence des cultures alternatives et en développement ; la qualité de ses choix, de ses propositions rayonne bien au delà de ses frontières locales ou régionales.

    Au cours des dernières années, nous avons regulièrement travaillé avec ses bénévoles pour des concerts à Lyon. L'association et le salle Grrrnd Zero sont souvent pour nous la meilleure alternative pour faire jouer des groupes en developpement qui ne trouveraient pas leur place dans d'autres salles lyonnaises.

    La passion et l'enthousiasme de l'équipe ont toujours fait de ces concerts des moments forts aussi bien pour le public que les musiciens. La pertinence de leur travail fait d'eux des acteurs nécessaires dans les réseaux alternatifs nationaux et européens, et rend encore plus nécessaire un lieu dédié, les autorisant à développer ces esthétiques sereinement, sans autre ambition que celle de continuer à les faire exister.

    Leur disparition ne serait pas simplement regrettable : elle ne ferait que nourrir un pessimisme latent, relatif à la diversité culturelle, auquel nous (et bien d'autres acteurs) refusons encore de nous ranger...

    Avec nos sincères salutations

    --
    Association DiscoBabel/Julie Tippex
    24 av du Chateau 94300 Vincennes

  • BIZARRE !
    68 Bd Joliot Curie, 69200 Vénissieux
    Tel : 04.72.89.02.55 ou 06.75.23.40.70

    A Monsieur Gérard Collomb
    Sénateur , Maire de Lyon


    23 janvier 2012

    Monsieur le Maire,

    Informé des graves problèmes que traverse l’association GrrndZero pour conserver son local, je tiens à vous signifier mon inquiétude face à leurs difficultés. Depuis sept ans, GrrndZero a su développer un projet culturel innovant, en ouvrant aux jeunes créateurs un espace d’expression et d’expérimentation notamment dans le domaine musical.

    Ce genre de laboratoire est indispensable dans une agglomération comme la notre pour susciter la création et offrir aux artistes émergents un lieu de confrontation et d’échange. En fédérant de nombreuses associations de musiciens, vidéastes, plasticiens, GrrndZero crée une effervescence hors des institutions qui enrichit la vie culturelle lyonnaise. En accueillant de nombreux groupes en répétitions et en ouvrant ses locaux à de multiples initiatives artistiques, GrrndZero répond à un besoin réel de locaux de répétition et de lieux de création qui font cruellement défaut sur le Grand Lyon.

    Supprimer cet espace de liberté artistique serait une grave erreur d’autant plus qu’il n’est pas gourmand en financement public contrairement à d’autres établissements culturels. Je souhaite vivement que l’expulsion soit annulée et qu’enfin la Communauté Urbaine et la Ville de Lyon reconnaisse l’action de Grrnd Zero et y apporte leur soutien.

    Veuillez accepter, Monsieur le Maire, mes respectueuses salutations.

    Le directeur

    Michel JACQUES

  • Monsieur le Maire,

    Votre ville a la chance de disposer d'un projet de qualité, complémentaire aux autres actions culturelles que vous soutenez.
    Quand nous sommes de passage à Lyon, c'est ce que nous aimons.
    Raconteurs d'Histoires est un espace de convergence du monde des arts de la parole. Nous sévissons au départ de la Belgique... et avons de nombreux contacts dans votre région qui est truffée d'excellents artistes du conte.
    Merci d'apporter votre soutien concret à Grrrnd Zero qui mérite un lieu pour poursuivre ses actions indispensables.
    Cordialement,

    Patrick Besure,
    Raconteurs d'Histoires

  • Cher Monsieur Colomb,

    Nous ne pouvons qu'abonder dans le sens de la consternation en apprenant votre non-désir de maintenir une structure aussi essentielle que Grrrnd Zero au sein de votre importante ville de Lyon. Situé à à peine 2 heures de Genève, nous, l'Association cave12, entité ô combien voisine/cousine des activités-concerts-mondes-de-fonctionnement de Grrnd Zero insistons sur l'importance d'une telle structure au sein d'une Ville aussi importante et tellement proche géographiquement de nous. Ayant malheureusement connu nous-même les mêmes déboires de se retrouver sans lieu unique après 20 ans d'activité sédentaire au sein de Genève-centre, ce n'est pas sans un immense effort de conciliation/concertation qu'enfin une solution est sur le point d'aboutir avec les autorités genevoises en vue d'un relogement dans un lieu unique... et cela, suite à la reconnaissance par les autorités genevoise de la GROSSIèRE erreur qu'elles avaient faite en fermant nos portes en Juin 2007. C'est rempli de regret que la Ville de Genève est revenu nous voir, constatant leur erreur, s'EXCUSANT et nous proposant de trouver une solution. Preuve de la bonne volonté de la Ville de Genève en ce sens et dans le but de s'excuser publiquement auprès d'une nombreuse population genevoise à suivre nos activités depuis 25 ans, la Ville de Genève est même allée jusqu'à nous décerner de manière officielle le prix quadriennal 2011 de la Culture, section musique. Signe d'une immense reconnaissance et encore une fois, de l'erreur commise en 2007 par ces mêmes autorités.

    Nous insistons sur le fait que notre travail est extrêmement proche de celui fourni par Grrnd Zero. Les 3/4 des artistes/musiciens se produisant à Grrrnd Zero jouent soit juste après, soit juste avant chez nous à Genève, inscrivant ainsi Grrnd Zero dans un réseau essentiel de lieux de représentations publiques pour ces démarches artistiques-là. Mais de quelles démarches artistiques s'agit-il précisément ? Et c'est là, toute l'importance de l'existence de tels lieux/réseaux. Il s'agit pour la plupart du temps de musiciens ou performeurs expérimentant de nouvelles voies d'expressions musicales, cherchant d'autres manières de faire en dehors des sentiers battus ou des attentes, développant des langages qui se retrouvent de toute façon après FORCéMENT dans des musiques "plus grand public". C'est à partir de tels laboratoires artistiques, que l'expression culturelle globale/mondiale peut se développer, évoluer et avancer, grâce, par exemple, à de nouveaux sons développés dans ces laboratoires. C'est un fait totalement indiscuté partout... Nous pourrions vous bombarder d'exemples de gens ayant joué sur de telles scènes de recherche et ayant influencé toute une "école" de son, disons, plus "grand public" et que tout le monde écoute sans se rendre compte de l'évolution de tel ou tel sonorité, démarche. Le son grand public se développe, qu'on le veuille ou non, à partir de ces laboratoires vivants. Encore une fois, c'est en fait absolu. Stopper de tels laboratoires, signifie l'arrêt de mort de toute progression/évolution artistique. Il en va de même partout, dans toutes les "branches", que ce soit la médecine/science, la physique ou même... la politique. Un exemple entre milles, Martin Scorsese, l'un des plus grands réalisateurs cinématographiques reconnus actuels, a utilisé pour la bande-son d'un de ces derniers films "Shutter Island" des morceaux de Tim Hogkinson... musicien ayant joué plus d'une fois à Genève (et sûrement à Lyon) par le biais de nos organisations respectives....

    Or, pour que de telles "recherches" puissent exister/vivre, il faut un contexte "libre/en-dehors" des contraintes du marché habituel. Des sortes de soupapes-laboratoires, où l'enjeu n'est pas la performance de rentabilité monnayée, mais bel et bien le rendu sonore. On n'expérimente pas sans risque. L'erreur fait partie de l'expérimentation. Ce ne sont pas des produits finis. Il faut absolument comprendre ça, c'est essentiel et vraiment penser, en tant que politicien/maire, en terme de "soupape" sociale et artistique. C'est aussi ce que représentent de tels lieux. Et il existe un IMPORTANT public désireux et avide de se confronter à de tels processus de création et de recherche. Encore une fois, processus de création essentiels à la non-stagnation d'un langage artistique, en l'occurence musical, global. Il serait catastrophique pour une ville comme Lyon qu'une expérience comme Grrnd Zero s'arrête. Cela serait tout aussi catastrophique pour la région. Bon nombre de genevois se déplacent à Lyon pour voir tel ou tel concert à Grrnd Zero, qui, fait important, organise un grand nombre de musiciens internationaux (USA, JAPON, AUSTRALIE), pour certains reconnus comme à la pointe de la pointe de l'expression/recherche musicale actuelle. Et vice-versa, des lyonnais se déplacent à Genève pour voir des concerts organisés par nos soins. Il existe un lien fort entre ces deux villes, grâce à Grrnd Zero. Une relation transfrontalière forte. Arrêter Grrnd Zero signifierait la fin d'un tel échange, et bon nombre de genevois n'auraient plus aucune raison d'aller à Lyon. Et important également: Grnnd Zero est connu dans le monde entier. De Paris-Berlin-Bruxelles en passant par New-York, Tokyo, Melbourne ou... Genève.

    Pour toutes ces raisons, nous vous pressons ardemment de maintenir les activités de Grrnd Zero, coûte que coûte. Ne commettez pas l'erreur de vos homologues genevois, qui, on vous le répète, sont actuellement en train de s'en mordre les doigts et de tenter de trouver coûte que coûte des solutions. Evitez une telle étape. Elle n'a aucun sens. Grrnd Zero existe haut et fort AUJOURD'HUI, cette entité abat un travail extraordinaire qu'il serait intolérable de voir disparaître par, on l'espère, juste un manque de compréhension. Ce serait revenir en arrière. Rendre Lyon in-intéressant culturellement pour toute une génération INTERNATIONALE d'assoiffés de découvertes et de recherches. Et ce serait couper Lyon de tout un réseau culturel extrêmement actif et essentiel au niveau, encore une fois, INTERNATIONAL... nous en sommes la preuve vivante, situé juste à 150 kilomètres de Lyon.

    En espérant sincèrement qu'une solution viable soit trouvée pour toutes les parties et que les activités de Grrnd Zero ne s'arrêtent absolument pas, nous restons, cher Monsieur Colomb, à votre entière disposition pour tout complément d'information sur la situation genevoise, ou autre....

    Expérimentalement votre,

    Association cave12
    Prix Culturel de la Ville de Genève 2011
    Suisse
    www.cave12.org

A LA UNE

  • DES NOUVELLES DU CHANTIER #6

    Voici des photos récentes de l'avancé des travaux : ... ... Isolation des containers : ... ......

  • Un geste lourd de sens

    Si tu es arrivé sur cette page, c'est que tu envisages de participer à Grrrnd Zero. Merci, on va...

  • Grrrnd Zero recherche !

    On récupère tout ce qui est inscrit dans cette liste pour alimenter le glouton-chantier Bohlen.Si...

  • Agenda GZ

    On poursuit la reconquête du nouveau gz, m² par m², tout en organisant des concerts un peu...

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !

GRRRND ZERO RECHERCHE !

On récupère tout ce qui est inscrit dans cette liste pour alimenter le glouton-chantier Bohlen.
Si tu sais où trouver gratos ou veux nous donner directement une des choses suivantes, écris un petit mot à endurancezero@gmail.com.

Les éléments qu'on recherche en priorité-top-urgence-aïe-aïe-ça-me-manque-trop-là-maintenant-donne-vite-vite sont soulignés.


Outils

PLATE-FORMES DE TRAVAIL individuelles roulantes AUX NORMES 2013 dit "PMR". A partir de 1m de hauteur.
ECHELLES DE CHANTIER
TRANSPALETTES. Capacité 2 tonnes minimum.
Outillage
Quincaillerie


Bois

MONTANTS D'OSSATURE en bois jaune (beaucoup), 120 x 45 mm au moins, 2370 mm de longueur pour la plupart
SOLIVES 75 x 220 mm ou + grandes et moyennes section, le plus long possible, minimum 5 mètre de longueur
LISSES BASSES et HAUTES (beaucoup), 45 x 120 mm en bois, 1m30 de longueur minimum
TASSEAUX de BOIS par série de 10 identiques, 30x30 mm, 50x50 mm, etc...
OSB par plaques de 30 ou 40m2 au même format


Cloisons, doublage, faux-plafond

RAILS METALLIQUES pour fixer le placo épaisseur : 48 mm pour semelles horizontales (au sol), 46 mm (ou 45) pour montants verticaux (murs), 47 mm pour fourrures F47 (plafonds)
PLAQUES DE PLÂTRE BA 13
VIS à placo
JOINT placo
BANDE placo
ISOLANT : LAINE DE VERRE et/ou LAINE DE ROCHE entre 100 et 200 mm d'épaisseur pour la plupart + du 500 mm d'épaisseur pour les containers
FILM POLYANE
PLANCHES non traitées ou plaques de tôle ou contreplaqué ou autre matériau pour BARDAGE. Epaisseur : entre 12 et 200 mm


Finitions

FAÏENCE
CARRELAGE