Bien qu'aujourd'hui encore en cryostase, le webzine grrrndzero est toujours là. Il reprend des forces et pourra bientôt battre la campagne comme un fier animal béat courant après ses nouvelles passions éphémères.

La section imagerie rassemble principalement les vidéos de concert de concerts passés. Le plan est de développer un peu cette zone. Qui sait la webdoc-fiction-témoignage-interactif-big-data sur la vie quotidienne de Grrrnd Zero « Tout pour La Cause rien pour les Autres - saison 1 : Crust beer et lingerie fine » sortira peut-être un jour. Et pourquoi pas un live stream de nos sessions cuisine ou du chantier ?

On va essayer de rassembler des liens à la cool dans cette section là aussi. Des sites qu'on aime bien, des projets qu'on jalouse, des trucs à lire à notre place, des images rigolades, ce genre de choses là.  

Les archives chaos sont les archives de TOUT le site depuis les début de gz, par ordre de publication.
Quelques trucs se sont peut-être perdus entre les différentes version du web, mais sinon on archive méthodiquement et tu peux tout explorer.

 

 

*

* * *

*

 

en fait c'était pas eux

Sloop John B est un de mes morceaux préférés des Beach Boys.

Large et profond fut donc mon étonnement lorsque j'ai appris qu'il n'avait pas été composé par Brian Wilson. Il s'agit en effet d'une chanson traditionnelle des caraïbes, l'histoire d'un bateau (le John B) et de mecs bien contents de rentrer au port. Merci à mississipi records de l'avoir compilé sur la cassette "Wrong time to be right". Voilà donc la version originale, ici chantée par le grand pépé marmonnant Joseph Spence, suivie de la version des beach boys.

Joseph Spence - Sloop John B

Beach Boys - Sloop Johhn B

 

joseph

LA VIELLESSE EST UN NAUFRAGE, vol.1

Parfois il m'arrive de danser.
Du moins d'effectuer une pseudo-parade nuptiale en remuant sensuellement mon bassin meurtri, mon torse voûté et ce qu'il me reste de genoux.
La dernière fois, c'était en écoutant ce morceau de REMEMBER REMEMBER, avec un titre ("the dancing") dont l'obscure signification continue de m'échapper malgré le service performant de traduction de Google™.

REMEMBER REMEMBER est en réalité un seul homme, seul dans la vie, mais accompagné d'amis musiciens en concert.
Il vit dans la plus belle ville du monde et sort des disques sur un label has-been.
Habituellement il compose des pièces minimalistes bricolées à base d'arpèges de guitares, de boucles concrêtes (ci-joint un morceau dont le rythme est assuré par un briquet) et de drones planants laissant peu de chances à un dépressif de survivre à une première écoute. Sauf là :

{youtube width="425" height="344"}vztdBCrpfSI{/youtube}

 


Remember remember - genie

Remember bemember - hollow men

Robert Wyatt – 3 : Le mot « collationnement » existe dans le dictionnaire. Est-ce que ça veut dire qu’il faut pour autant s’en servir ?

visuel wyatt 3

illustration : john vassos

Suite à de nombreuses empoignades autour du bien fondé  ou non de certaines métaphores employées dans certains de mes posts, et après avoir dû subir une fois de plus de multiples moqueries à propos de mon penchant pour le romantisme venteux et les étendues sauvages, j’ai pris la décision d’écrire ce texte uniquement avec des mots et expressions « labélisés » par le site du Grrrnd. Comme ça, j’espère passer la censure et devenir enfin célèbre.

Amitié ou Amour / psychédélisme / minimalisme / tropical / musique africaine / DIY / divers animaux / divers fruits et légumes / crust / seul / barbu / mal coiffé / communion / oui oui / dépressif ou plaintif / déviants / régression / diverses drogues / cavalcade / chamane / arbre ou forêt / enfant / bruits / Lightning Bolt / lo-fi / Dieu + Jésus / ninja-marxistes / hippie / primitif / diverses allusions au corps /


Février 1981. Au lieu de passer ses vacances à réfléchir sur le sens du sacrifice de Jésus, Robert Wyatt décide de répondre positivement à une commande de la RAI, et de passer quelques jours dans les studios de la radio italienne pour l’émission Un Certo Discorso et d’y enregistrer des trucs selon son humeur et la quantité de résidus de drogues encore collés dans sa barbe depuis Soft Machine.


L’idée de la RAI était de filmer et de capter le processus de création, lorsqu’il ne souffre ni de préparations ni de contraintes de production, et de célébrer ainsi une sorte de communion mêlant fulgurance, voyeurisme et snobisme. Une partie de la session de Wyatt est ressortie l’hiver dernier, sous le nom de Radio Experiment Rome. Comme un ours sortant de son hibernation, Wyatt y improvise tout seul, avec sa voix, une guimbarde, un piano et quelques percussions primitives. Au-delà du côté on-réchauffe-un-mythe-en-brûlant-ses-fonds-de-tiroirs, ces enregistrements rappellent discrètement à l'univers tout entier l’ampleur de son génie. Oh oui oh oui, écoute donc comment il fait d’une simple guimbarde la bande son d’une cavalcade psychédélique (Heathens Have No Souls).


Armé des différentes machines obscures qui peuplent un studio de radio, Wyatt s'amuse à explorer les principes de l’enregistrement multipiste, de la diffraction vocale et de la modulation en général. Il étire ainsi un son à la fois régressif, pour son côté minimaliste faussement enfantin, et très complexe, selon tout un jeu d’échos et de désynchronisation sonore. C’est souvent très bizarre,  parfois austère (Billie’s Bounce), mais le plus souvent très inspiré. Mixant sa voix comme des fruits frais, c'est-à-dire en préservant le goût et le piquant des vitamines, il s'élève en héros plaintif d'une époque où Mandela faisait encore des pompes en prison (Born Again Cretin) et où Tatcher interdisait à ses concitoyens de chanter l'Internationale sous la douche (Holy War).


Mais Robert Wyatt n'est pas qu'un ninja-marxiste, ou un vieil hippie mal coiffé vestige du psychédélisme des années 60, c'est un chamane postmoderne, un conteur mystique, capable en une succession de humhumhum de planter un décor massif, noueux et tortueux comme une mangrove urbaine, qui aurait surgit soudainement au cœur d’une Venise désertée, où les quelques maisons encore habitées dériveraient doucement, à la merci de la plus sourde mélancolie (désolé pour cet élan, mais on ne peut pas brider le lyrisme au fond d’un cœur trop souvent mal arrosé).

Écoute Prove Sparse et sens l’émotion déborder de ta bouche bée.


Petit rappel : Robert Wyatt n’est pas punk, il ne connait surement pas le mot crust, il ne doit pas aimer Lightning Bolt, et n’a que peu de connexions avec la musique africaine et le culte de l’homme-primitif. Si tu t’apprêtes à cliquer mécaniquement sur les mp3 ci-dessous après avoir lu en diagonale ce post et en croyant télécharger un truc lo-fi/D.I.Y./noise, tu risques d’être surpris.

Heathens Have No Souls

Born Again Cretin

Holy War

Prove Sparse

tu vas bien voir que j'avais raison

The Ex (mythe vivant punk/rock/impro/tout) vient de sortir un 45 tours. Leur premier enregistrement depuis la cessation d'activité de leur chanteur originel.
Au revoir Jos, le scandeur ultime, parti après 29 ans consacrés à écrire, chanter, et mettre au point sa danse si personnelle (on se voûte/on se redresse, on martèle vigoureusement ses cuisses, on adopte le regard furieux du guerrier-combattant des steppes polaires).

Malgré tous les remaniements de personnel gérés avec succès par le collectif hollandais ces dernières années, celui ci nous a tourmenté, tant la  voix de Jos marquait le code génétique du groupe.

On peut respirer, car ces deux morceaux nous permettent d'apprécier une fois de plus leurs remarquables facultés d'adaptation à un environnement hostile. D'accord, la production de ce single est un peu plate. Mais on doit aussi admettre que le nouveau chanteur (leur vieux pote Zea) s'en sort honorablement. Et puis les morceaux sont bons. Et puis on aime toujours autant se rouler dans ces guitares prodigieuses, dissonantes et funky, fines et débordantes. The Ex s'arrêtera quand Andy et Terrie ne pourront plus bouger leurs doigts. Pas avant.

 

The Ex - Maybe I was the Pilot

 

Voici un premier extrait de leur concert à GZ. Il se termine sur une version vénère jouissive de Maybe i was the pilot.

 

{vimeo width="400" height="320"}9323761{/vimeo}

 

 

Deux autres extraits seront montés un jour prochain.

A part ça, Il enregistrent un album complet en avril, avec le célèbre hamster rigide Steve Albini. Cela devrait régler les soucis de production.

Dépense tes sous

je suis assez ému même si je le montre pas vis-à-vis de mes yeux

{youtubejw width="560" height="340"}RzTg7YXuy34{/youtubejw}

 

Comme moi vous aimez les chanteuses nineteentwenties à la voix traînante et aux accents Betty Boopiens ainsi que les mythes indiens où-on-peut-trop-s'identifier-parce-que-la-meuf-là-qu'est-ce-qu'elle-ramasse ? Alors vous avez sans aucun doute sous les yeux le moyen le plus attrayant possible de tuer les 81 prochaines minutes.

Sita Sings The Blues, c'est le mythe du
Râmâyana vu du point de vue de Sita -la meuf qui ramasse, donc- comédie musicale animée, écrite et réalisée en 2008 par Nina Paley, elle-même en identification maximale.
Si tout se passe comme prévu, vous allez rire avec les marionnettes (vos nouveaux meilleurs amis indiens), pleurer avec Sita (soeur bafouée) et shaker votre black bottom façon charleston sur les chansons d'Annette Hanshaw (fausse ingénue).
la preuve par l'onde :

Mean to me, Annette Hanshaw

Who's that knocking at my door, Annette Hanshaw

I've got a feeling I'm falling, Annette Hanshaw

En plus, le film est sous licence Creative Commons, c'est à dire libre d'utilisation (tu peux quand même donner ton argent à Nina Paley si tu penses qu'elle en fera meilleur usage que toi) :

" I hereby give Sita Sings the Blues to you. Like all culture, it belongs to you already, but I am making it explicit with a Creative Commons Attribution-Share Alike License. Please distribute, copy, share, archive, and show Sita Sings the Blues. From the shared culture it came, and back into the shared culture it goes. "

En résumé : c'est gratuit et c'est bien, profite, la vie est belle et la vie est une fête.

robert wyatt - 2 : à une époque je cuisinais avec des algues et à chaque bouchée je me sentais fier

visuel wyatt 2

illustration : john vassos

Maintenant que le premier palier d’immersion est passé, on peut atteindre des profondeurs plus majestueuses avec Rock Bottom.

Après s’être désolidarisé du jazz-rock psychédélique de The Soft Machine, avoir tenté de prolonger l’expérience sous le nom de Matching Mole (spin-off en français de soft machine) et s’être lancé dans un album solo (The End Of An Ear), Wyatt perd ses jambes, abandonne la batterie, sort en solo son plus grand album et se marie. Presque simultanément. De l’accident dont il sort paralysé à l’été 73, à son mariage avec Alfreda Benge (Alfie) et la sortie de Rock Bottom en 1974 (l’album sortira le jour de leur union), émerge une fabuleuse bulle d’air, un album-univers. Un espace distinct, immensément intime, découpé du temps et des modes. Une bulle étonnamment précise et fragile à la fois, pleine de folie, de liberté, tout en étant d’une stabilité et d’une lucidité fabuleuse. L'achèvement et la naissance d’une carrière dans une seule boucle de six pistes, six pattes, dessinées à la pointe des doigts et portées doucement par la chaleur du timbre si particulier de Wyatt. Ne pouvant plus utiliser que claviers, trompette et quelques percussions, Wyatt développe sa voix et ses textes entre nostalgie surréaliste (Last Straw), déclaration d’amour (Alifib), et douce folie (Little Red Robin Hood Hit the Road).

Finalement Rock Bottom ne ressemble ainsi à rien, c’est bien trop profond.

Robert Wyatt - Sea Song (cf précédent post « Ascension Horizontale »)

Robert Wyatt - A Last Straw Murs moites d’alcool de la veille, fumée bleue de cigarettes et soleil aquatique.

Robert Wyatt - Alifib Mettre son cœur et son ventre en conserve pour préserver les arômes de ses sentiments.

Robert Wyatt - Little Red Robin Hood Hit The Road (feat Ivor Cutler) “how bizarre !”

divorce

Quatre riot grrrls et un batteur de Glasgow, la riante ville de Belle & Sebastian et Franz Ferdinand -- on les assimilera cependant plus volontiers à une juxtaposition de Shellac, Lydia Lunch et Jesus Lizard. Ils jouent des aubades punk no-wave pendant que leur chanteuse aux amygdales de pit-bull se roule par terre. Mais on parie que dans la vraie vie ils sont doux et gentils et travaillent dans des maisons de retraite.


divorce - early christianity

divorce - pipe down

crane(2)

Robert Wyatt – 1 : Ascension horizontale

visuel wyatt 1

illustration : john vassos

Il est très difficile de parler de l'activité d'un demi-dieu comme Robert Wyatt lorsque l'on a comme moi des tendances littéraires suicidaires. Je sais très bien que si je me mettais à entrer dans les détails de la titanesque discographie de Wyatt, je sombrerais très facilement dans de longues descriptions lyriques à base de cailloux, de sèves, de fourrures et d'horizons mystérieux. D'ailleurs rien que « titanesque » me donne envie de me lancer dans une métaphore-marathon : «robert wyatt = titan aux pieds d'argiles = Genèse = poterie humaine = confiture = douceur acidulée = musique psychédélique = the Soft Machine – Matching Mole = soft-modernité = guide gravita-générationnel = trou noir d'émotions = cailloux-sèves-animaux-sauvages-et-ciel-brumeux …

Surtout que s'attaquer comme ça à Robert Wyatt, à peine sorti de sa dernière crise d'adolescence musicale, revient à vouloir faire de la haute cuisine alors que l'on vient tout juste d'apprendre à séparer le jaune du blanc des œufs. Ainsi pour éviter toute lourdeur et faciliter la digestion, une dégustation en aveugle :

(dé)GÉNÉRATION INTERNET – perdus dans la vie avec trop de cartes et de boussoles :

Vol 1 : Robert Wyatt

Matching Mole – Little Red Record (1972) : “Starting In The Middle” le titre éponyme de la dégénération.

Rock Bottom (1974) : « Sea Song » l’instabilité déconcertante de la certitude amoureuse

The Soft Machine – Volume Two (1969) : “Dedicated To You But You Weren’t Listening” : révolution solitaire

Nothing Can Stop Us (1982) : « Born Again Cretin »

Comicopera (2007) : « Stay Tuned » : avec la voix de Seaming To (déjà vue dans Homelife) transformée en Theremin, un SOS soufflé du haut d’un phare purgatoire.

Courts toujours - Francois Vogel / David Ellis / Luc Moullet

L'une des grosses claques de notre festival international du court-métrage de clermont de ce mois de février 2010, en dehors des séances spéciales de l'étrange festival,  c'est les courts de FRANCOIS VOGEL qui étaient représentés dans les catégories "labo" (bien fade cette année) et "courts francais" dont les installations vidéo nous ont le plus marqués. A noter la présence de notre ami BLU dont on vous parlait il y a quelques mois, qui a réalisé et présenté le court avec DAVID ELLIS (combo dispo ICI) avec une technique de motionpainting ultra impressionnante.  Le festival de Clermont nous a également permis de (re)découvrir des courts hilarants de LUC MOULLET, que l'on vous a déjà présenté lors d'une de nos projections à Gerland.

 

Petite sélection de courts de tout ce petit monde :

 

François Vogel - TOURNIS :

{vimeo width="500" height="241"}7796306{/vimeo}

permalien>>

 

 

David Ellis - TRUCK :

{vimeo width="500" height="325"}5570660{/vimeo}

permalien>>

 

 

Le reste de cette petite sélection de 8 courts-métrages dans "lire la suite >>"

Attention, certains ordis peuvent ramer pour afficher autant de vidéos sur une même page, je vous conseille d'ouvrir chaque vidéo via leur permalien dans un onglet différent de votre navigateur si c'est le cas.

Lire la suite : Courts toujours - Francois Vogel / David Ellis / Luc Moullet

A LA UNE

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !