Bien qu'aujourd'hui encore en cryostase, le webzine grrrndzero est toujours là. Il reprend des forces et pourra bientôt battre la campagne comme un fier animal béat courant après ses nouvelles passions éphémères.

La section imagerie rassemble principalement les vidéos de concert de concerts passés. Le plan est de développer un peu cette zone. Qui sait la webdoc-fiction-témoignage-interactif-big-data sur la vie quotidienne de Grrrnd Zero « Tout pour La Cause rien pour les Autres - saison 1 : Crust beer et lingerie fine » sortira peut-être un jour. Et pourquoi pas un live stream de nos sessions cuisine ou du chantier ?

On va essayer de rassembler des liens à la cool dans cette section là aussi. Des sites qu'on aime bien, des projets qu'on jalouse, des trucs à lire à notre place, des images rigolades, ce genre de choses là.  

Les archives chaos sont les archives de TOUT le site depuis les début de gz, par ordre de publication.
Quelques trucs se sont peut-être perdus entre les différentes version du web, mais sinon on archive méthodiquement et tu peux tout explorer.

 

 

*

* * *

*

 

Glamour des tissus cérébraux et neuro-dégénerescence astrale

Alors oui. Il y a que. Pourtant, nous sommes certains qu'il faudrait enclencher la. Pour envisager correctement la chose, et bien prendre la mesure de l'angoisse subséquente, je.
Sans compter sur ta. Il suffit que. Pour conclure, il est. Que le. Afin de.
Vous êtes sûrs ?

Bien.

Laissons à la discrétion du lecteur la digestion de cette introduction lourde de sens caché et capiteux, aujourd'hui nous aborderons le sujet délicat des démences pathologiques séniles de type Alzheimer, fléau de nos sociétés occidentales vieillissantes, tout en essayant dans le même temps d'introduire les lectrices et lecteurs à la délicate musique produite par un groupe non moins délicat issu du mouvement DIY anglais de la toute fin des années 70/début des 80's, Television Personalities.

Pour commencer, sache que la maladie d'Alzheimer est une maladie neuro-dégénerative du tissu cérébral qui entraîne la perte progressive et irréversible des fonctions mentales et notamment de la mémoire. Elle fut initialement décrite par le toubib allemand Aloïs Alzheimer (1864 - 1915), comme son nom l'indique.

Television Personalities est un groupe à l'histoire touffue et pleine de méandres, une entité difforme et malade et psychédélique sécrétée par le cerveau en dérangement de Dan Treacy, au line-up tout à fait tangent pour ce qui est du reste des membres et dont les premiers méfaits remontent à l'année 1979 (année miraculeuse pour le post-punk du pays des gens qui croient que je mange des cuisses de grenouille). Y a bien une vingtaine d'enregistrements mais celui qui nous intéresse aujourd'hui et d'ailleurs le seul que je connais, hein, j'ai pas le temps pour ces conneries moi, c'est le premier, "And don't the kids just love it".





Il faut savoir également que, principale cause de démence chez les personnes âgées, elle (la maladie d'Alzheimer, ben oui, suis un peu) touche environ vingt-six millions d'hommes et de femmes dans le monde, et vraisemblablement quatre fois plus d'ici 2050. Généralement diagnostiquée à partir de l'âge de soixante-cinq ans, ses premiers signes sont souvent confondus  avec les aspects normaux de la sénescence ou d'autres pathologies neurologiques comme la démence vasculaire, ce qui fît qu'elle fut sous-diagnostiquée jusque dans les années soixante. Elle est aujourd'hui reconnue comme une des maladies les plus coûteuses aux économies des pays développés.



"And don't the kids just love it". Yes, they do. Si si. Dégringolade boîteuse de perles pop douces-amères, anglaises jusqu'au bout du moignon, avé l'accent bien sûr, une Face A incroyable d'efficacité pop décharnée, This Angry Silence et ses flaques d'écho, tentative de soul pastorale et bancale avec les choeurs en wouh-wouh mélancoliques qui font des vagues à ton âme (This Angry Silence, on dirait bien que c'est aussi un film réactionnaire british avec Richard Attensborough, oui, ces gens-là sont cultivés, d'ailleurs sur la pochette ya John Steed et une ancienne starlette télévisuelle dont je retrouve pas le nom, élégant clin d'oeil à eux-mêmes en mode mise en abyme et auto-feedback, c'est trop de classe n'en jetez plus.).

 

Television Personalities - This Angry Silence

 

 

 

 

 

Une Face B dans la même veine apparente, qui baigne et se vautre dans un psychédélisme cotonneux de cottage du Cheschire. Cet homme sait où vit Syd Barrett, et manifestement là-bas ya plein d'oiseaux qui chantent, on se roule dans le gazon et la rosée, la grisaille du ciel se teinte légèrement de couleurs pastel, je suis en pleine redescente d'acides et je titube, c'est chouette, même si à la fin ça commence à bien faire, vos gueules les piafs, paf.

Television Personalities - I know where syd barrett lives

Ils ont également un deuxième album, intitulé "Mummy, youre not watching me", à l'atmosphère tout aussi délicieusement lysergique, voire plus, à consommer sans modération donc, lésions cérébrales garanties.

Ainsi, et pour conclure, la menace sénile de dégénerescence inéluctable planant sur nos génomes occidentaux ne saurait nous faire oublier cette fièvre impossible à négocier qui, attisée par l'ennui, et l'éternel cycle sysiphien de la circulation des flux dans les artères marchandes de notre ville à l'urbanisme malade, nous presse chaque jour les entrailles pour réclamer son pain quotidien de violence mélodique sensible et décharnée. Ainsi soit-il.

 

PS :

Sur la demande autoritaire de Fifi 2.8, nous ajoutons un troisième morceau issu de cet album :

Television Personalities - Geoffrey Ingram

Des comparaisons bibliques, encore, toujours

Il y a quelques mois, au festival Sxsw d'Austin, j'ai pris un coup de soleil devant le concert de Zs, sur un parking, vers 2h de l'après-midi. Quand je dis un coup de soleil, c'est pour de vrai, et non pas une métaphore astrale pour dire que leur talent cosmogonique m'a brûlé la peau. Quoi que... c'était tout de même l'un des 3 meilleurs groupes vus pendant le festival alors que la concurrence était plutôt musclée.

Zs (prononcer "zeez") est une formation de Brooklyn née au tournant des années 2000, à l'initiative de deux free-jazzeux désappointés par leurs études au conservatoire. Depuis, la composition du groupe a tellement varié que son histoire complète serait à peu près aussi longue à raconter que le vie du prophète Abraham ou cinq saisons de The Wire. Et à vrai dire, à moins de devoir rédiger un mémoire intitulé "Noms avocaliques dans la scène expérimentale new-yorkaise : histoire d'un rejet esthétique de la Voyelle" (dans ce cas, consulter ce trèèèès long article), cela ne nous intéressera que moyennement.

En bref, Zs s'est cristallisé autour d'un noyau saxo-guitare-batterie, pouvant rassembler trois, quatre, voire six musiciens ; l'idée première était de détourner ces instruments de leur sonorité conventionnelle, de leur fonction classique, polie, civilisée, ce qui a rapidement valu au groupe ce très chic épithète qu'est "avant-rock". "Avant" parce que primitif, libre, bordélique bien que martial aussi par moments, et surtout parce que ça fait "avant-garde", donc ça fait bien. Zs est de fait à la jonction d'une tripotée de genres que l'on est censé bien aimer lorsque l'on est une personne de goût: noise, minimalisme, musique tribale, punk et free-jazz. Mais outre cela, Zs a cette capacité, commune aux Grands Groupes Expérimentaux, de réveiller le marsupial farouche qui sommeille en soi, tout en déployant classe et majesté avec une implacable intelligence. Là j'avoue que je viens de boire trop d'eau gazeuse d'un coup alors je perds un peu le fil de ma pensée.

Toujours est-il que leur dernier album, New Slaves, est sorti tout récemment chez The Social Registry (avec une jolie pochette de John Dwyer, frontman de Thee Oh Sees, The Hospitals, et 45 autres groupes bien). En une bonne heure, il fait la synthèse de ce qu'est Zs, à savoir des motifs cycliques, des riffs métalliques, du handclapping, une rythmique folle et un saxo psychotique ; on en ressort éprouvé mais heureux, un peu comme la famille de Noé et tous les animaux sur l'arche après le Déluge.

 

{youtube width="480" height="385"}L6ZUktQ7p40{/youtube}





La bonne nouvelle c'est que Zs passe le 30 juillet à Grnd Gerland. En conséquence, personne ayant eu vent de cette information et se trouvant dans un rayon de 200km ce jour-là n'aura d'excuse pour rater ça. Du coup, ça peut faire du monde, mais on peut se serrer.

Le tube de 20minutes :
Zs - new slaves

D'autres morceaux :

Zs - acres of skin


Zs - retrace a walk

Zs - nobody wants to be had

il est trop fort

Peter Nicholson est un violoncelliste/chanteur, membre du One Ensemble de Daniel Padden et de plusieurs collectifs d'improvisation libre.

En solo, il joue un mélange d'impro et de pop ambitieuse, remuante, qui ne ressemble à pas grand chose d'autre.

Si Joanna Newsom était un homme, devenait fan hardcore de Janacek, Ligeti et Eno, délaissait la harpe pour le violoncelle et n'intéressait presque personne tout en restant aussi douée, elle s'appellerait sans doute Peter Nicholson.

Son album solo est introuvable, mais voici deux morceaux enregistrés au festival des Handclapping Girls à Clermont Ferrand. Une bonne partie de l'équipe de grnd zero y était, il a mis tout le monde à genoux :

Peter Nicholson - The sky has gone now (live - ce morceau est dans mon top 200 des meilleures chansons de la terre)

Peter Nicholson - Impro (live)

(le son est tout faible, alors il serait judicieux d'écouter ça au casque ou sur des bonnes enceintes, et de pousser un peu le volume)

 

peternicholson

 

 

Delta Punk

,

Dans les années 90, le guitariste Bill Orcutt sévissait dans Harry Pussy, un trio free/noise/punk dont chaque titre évoquait l'écume bouillant au coin de la gueule d'une hyène galeuse ; Load Records a édité en 2008 une compilation dessinant les contours de leur furie, "You'll Never Play This Town Again".

C'est d'ailleurs en sélectionnant les morceaux devant y figurer que Bill décida de refaire un peu de musique, après dix ans passés à élever des enfants, tondre le jardin et écrire 325 logiciels (car Bill est un gros nerd).
Il se mit à torturer une guitare acoustique quatre cordes, comme un ancien punk qui a trop écouté Derek Bailey et se lance dans des morceaux âpres semi improvisés, à mi-chemin entre le hardcore disloqué et le blues primal.
Wire (le magazine, pas la série qui change la vie) a trouvé la formule adéquate : "like a psychotherapy session played on guitar".


Du Bill Orcutt, tiré de l' album "A new way to pay old debts"
bill orcutt - lip rich
bill orcutt - my reckless parts
bill orcutt - street peaches


Du Harry Pussy, tiré du bucolique "In an emergency you can shit on a puerto rican whore":

harry pussy - dream river

harry pussy - showroom dummies
harry pussy - fuckology (mais là il faut avoir des enceintes de maharadja)
{youtube width="480" height="385"}8gv9usGhOK4{/youtube}
Comme "A new way to pay old debts" n'a été auto-édité qu'à 500 exemplaires très vite épuisés, voici l'album complet :
Ca mérite vraiment d'être écouté d'une traite.

Il passera à Lyon le 10 octobre prochain. Tournée reportée, bouhou.

Mieux que la caféine

Baby_Feet

 

De 2007 à 2009, les Widow Babies étaient quatre teens d'Orange County agrémentant la scène de The Smell d'un post-punk pop et tropical dont Abe Vigoda étaient jadis les honnêtes ambassadeurs - avant de se perdre dans les limbes de la new-wave fadasse. Ils ont sorti un maxi pimpant et groovy, intitulé The Mike Watt EP, qui raconte la lutte impitoyable entre le bassiste des Minutemen et un vampire sosie d'Abraham Lincoln.
Le titre du premier morceau annonce la couleur:

widow babies - Mike Watt Created the Universe with a Bass Solo

Apprête-toi à bouger ton boule en toute décontraction :

widow babies - In Which Watt Wins Back His Hands and Basses a River into Existence

widow babies - Evil Triumphs Over the Awesome Powers of Kayak

Aujourd'hui, le groupe s'est apparemment délesté du bassiste et de la chanteuse, s'est rebaptisé Rare Grooves, et j'ignore ce que ça donne.

Plus près de toi Yahvé

 

Le bonheur peut-il être atteint en écoutant donald duck sous hélium chanter jésus ?

un élément de réponse : Danielson Family - Good News for the Pus Pickers

Danielson
est donc un chrétien ardent, pote des Deerhoof et de Steve La Belette, fondateur d'une communauté indie gospel rurale réunissant une bonne partie de sa famille (frères, soeurs, épouse, enfant, sans oublier les apparitions sporadiques de son fils spirituel, Sufjan Stevens). Sur scène ils se déguisent, parfois en infirmiers, "car la musique apporte la Bonne Nouvelle et la Guérison".

Un film retraçant son parcours de freaks débonnaire lui a été consacré.

 

Crosby Family Church 1968

jeune et frisé

 

Ceci est un test de patience. Regarde d’abord ce clip :

 

{vimeo width="400" height="225"}8636454{/vimeo}

 

Si tu es normalement constitué, tu as normalement dû espérer plusieurs fois qu’un incendie se déclare dans cette vidéo, afin d’écourter le plus possible cette ode gluante à l’amitié, aux chemises à carreaux, aux raybans et aux lumières chaleureuses.

 

C’est tout à fait normal, n’aie pas peur de cet excès de violence. Tu as peut-être honte comme moi d’avoir aimé la musique un peu quand même.

 

Toro Y Moi est un jeune hipster de Caroline du Sud, qui essaie de concilier son amour pour la pop des années 80-90 et l’importance aujourd’hui de produire une musique « lo-fi », si l’on compte récupérer les miettes d’une jeunesse perdue et confuse depuis l’invention du mp3, pour qui un son crade est un signe de générosité.

 

Alors que cette expérience aurait pu s’arrêter à la porte de sa chambre, Toro Y Moi est à la mode, Wire magazine trouve ça so intriguing, Kanye West en a même parlé sur son blog, et des gens viennent à ses concerts.

 

C’est même une sorte de collusion rétro-cool qui semble s’ébaucher avec la renommée naissante de groupes comme Washed Out, Small Black, Neon Indian ou Memory Tapes, en même temps que les contours d’un mini-genre, le glo-fi ou chill-wave, prolongement discoide de l’hypnagogic pop, superbe étiquette lancée par David Keenan de Wire pour décrire le recyclage DIY de l’imaginaire new age des années 80, soit littéralement, « pop transitoire entre l’éveil et le sommeil ». Hum. Du coup le glo-fi pourrait être de l’« hipstergogic pop ».

 

Le monde est complexe et violent, essayons de comprendre une de ses nouvelles manifestations.

 

Washed Out – Feel It All Around (171 000 écoutes sur myspace, mon dieu).

 

Collages souvent hasardeux de vieux sons de synthés, de surf music et de folk truffée de réverb, le glo-fi ne surprend pas spécialement, coincé entre, d’un côté l’influence d’Ariel Pink et autres taxidermistes hypnapgogic* comme James Ferraro (the Skaters, Lamborghini Crystal…) ou Spencer Clark (Vodka Soap, Monopoly Child Star Searchers…), et de l’autre, la mode du psychédélisme dansant à l’Animal Collective. Au minimum c’est un peu émouvant, comme un reliquat de gi-joe retrouvé désarticulé au fond de ta vieille malle de jouets :

 

Small Black - Despicable Dogs

 

Toro Y Moi à l’avantage de ne pas sombrer dans la simple exploitation des gimmicks lo-fi et d’assumer sa rétro-exploration dance et rnb des charts des années 90. Finalement son nouvel album Causers of This sorti sur Carpak Records (Dan Deacon, Ecstatic Sunshine…) n’est pas très endurant, mais quelques bonnes idées peuvent t’accompagner à la boulangerie le matin.

 

 

Blessa

Talamak

109

Move

 

 

*je vais essayer de faire un post sur le monde merveilleux des étiquettes musicales et de l’hypnagogic pop plus tard

holinaty

holinaty

 

Josh Holinaty est un illustrateur canadien dont le style se caractérise par un sens aigu du détail et du relief. Son truc à lui ce sont les monstres touffus, les bonhommes dismorphiques, les paysages bizarres et les matières dégoulinantes. Il les étale régulièrement dans des dessins de presse ou des affiches de concerts. En ce moment, il travaille sur un roman graphique en six volumes dont le premier numéro est sorti l'an dernier. La série s'appelle "We Hate This Place Here ; It's Our Home", ça commence avec un bison qui fume des clopes et rumine sur son existence depuis son lit de mort. Ca a donc l'air pas mal.

son blog

son site

 

holinaty - 1

 

D'autres illustrations en cliquant sur "lire la suite".

 

Lire la suite : holinaty

celui là je l'aime bien

John bellows hante l'underground de Chicago depuis 2001. Il se contente d'une guitare et de sa voix pour faire n'importe quoi, mais alors vraiment n'importe quoi, n'importe où, devant n'importe qui. Il vient de synthétiser ces huit années d'exploration de sa connerie intérieure sur un premier album au titre raffiné (Clean your cock), édité par le tout petit label monikers records.

Ca fait penser à du très vieux Beck, période Sterero pathetic soul manure et One foot in the grave. Quand il
jouait adossé à un réverbère de la country folk lo-fi de jeune branleur, avec pour seul public deux clochards songeant qu'ils feraient mieux d'aller à leur réunion hebdomadaire des alcooliques anonymes.

John Bellows - Bare to the bone

John Bellows - Feellin' down

John Bellows - (you just got) Mutherfucked


On pense également aux coins-coins éraillés des  goliopathes guillerets de  Danielson Family, sans les discours comme quoi jésus est trop un cool dude :

John Bellows - Travel on !

Et il pique aussi des accords à Nirvana :

John Bellows - Great Big Roller


Bref, de la tendresse, de la fureur, du trouble contenu, de la confusion.

mulletslife

photo 6 : l'enfance de john bellows le prédisposait à de sérieux handicaps émotionnels

mi ami

 

Il n'y a pas si longtemps, le guitariste/chanteur Daniel Martin-McCormick habitait washington et jouait au sein des très regrettés Black Eyes. Depuis, il a déménagé à san francisco et fondé le trio Mi ami, qui pose l'addition suivante  : post punk + dub + poussées psychédéliques + disco funk + guitares & percussions avides + hurlements d'eunuque dément + le pouvoir de l'afrique, man.

 

Ils viennent de sortir leur deuxième album, Steal your face :

 

l'ouverture énergique : harmonics (genius of love)

 

le morceau disco putassier : latin lover

 

attends je branche l'orgue : secrets

 

Il passent à Gerlande lors de la Grnd Zero party du 30 mai.

mi ami

Daniel Martin-McCormick a aussi un projet solo de grande folle noise glamour, Sex Worker, mais je vais tenter de convaincre Yum yum d'en parler, puisque cette pute notre charmante collaboratrice l'a vu en concert au festival Sxsw il y a peu.

A LA UNE

  • DES NOUVELLES DU CHANTIER #6

    Voici des photos récentes de l'avancé des travaux : ... ... Isolation des containers : ... ......

  • Un geste lourd de sens

    Si tu es arrivé sur cette page, c'est que tu envisages de participer à Grrrnd Zero. Merci, on va...

  • Grrrnd Zero recherche !

    On récupère tout ce qui est inscrit dans cette liste pour alimenter le glouton-chantier Bohlen.Si...

  • Agenda GZ

    On poursuit la reconquête du nouveau gz, m² par m², tout en organisant des concerts un peu...

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !

VEN 14/12 : THE EX + LE SINGE BLANC
VEN 14/12 : THE EX + LE SINGE BLANC

  RESERVATION OBLIGATOIRE en écrivant à  [ ... ]

SAM 15/12 : BALL-TRAP + BINAIRE + DUPEK + MARVIN + M. MARCAILLE + PORD + POUTRE ...

  Le Pakebot s’échoue délicatement à  [ ... ]

MER 16/01 : CONGREED + NAHBOM + THE CAYON OBSERVER + HORDUR
MER 16/01 : CONGREED + NAHBOM + THE CAYON OBSERVER + HORDUR

    D7C, Bulminator & GZHLM pré [ ... ]

??/01 : Théâtre - FAUT-IL TUER OLIVIER MASSON ?
??/01 : Théâtre -  FAUT-IL TUER OLIVIER MASSON ?

    Synopsis
La pièce suit le dérou [ ... ]

MER 30/01 : DELACAVE + MARIA VIOLENZA
MER 30/01 : DELACAVE + MARIA VIOLENZA

  DELACAVE MARIA VIOLENZA   --- Pl [ ... ]

Other Articles