Bien qu'aujourd'hui encore en cryostase, le webzine grrrndzero est toujours là. Il reprend des forces et pourra bientôt battre la campagne comme un fier animal béat courant après ses nouvelles passions éphémères.

La section imagerie rassemble principalement les vidéos de concert de concerts passés. Le plan est de développer un peu cette zone. Qui sait la webdoc-fiction-témoignage-interactif-big-data sur la vie quotidienne de Grrrnd Zero « Tout pour La Cause rien pour les Autres - saison 1 : Crust beer et lingerie fine » sortira peut-être un jour. Et pourquoi pas un live stream de nos sessions cuisine ou du chantier ?

On va essayer de rassembler des liens à la cool dans cette section là aussi. Des sites qu'on aime bien, des projets qu'on jalouse, des trucs à lire à notre place, des images rigolades, ce genre de choses là.  

Les archives chaos sont les archives de TOUT le site depuis les début de gz, par ordre de publication.
Quelques trucs se sont peut-être perdus entre les différentes version du web, mais sinon on archive méthodiquement et tu peux tout explorer.

 

 

*

* * *

*

 

robert wyatt - 2 : à une époque je cuisinais avec des algues et à chaque bouchée je me sentais fier

visuel wyatt 2

illustration : john vassos

Maintenant que le premier palier d’immersion est passé, on peut atteindre des profondeurs plus majestueuses avec Rock Bottom.

Après s’être désolidarisé du jazz-rock psychédélique de The Soft Machine, avoir tenté de prolonger l’expérience sous le nom de Matching Mole (spin-off en français de soft machine) et s’être lancé dans un album solo (The End Of An Ear), Wyatt perd ses jambes, abandonne la batterie, sort en solo son plus grand album et se marie. Presque simultanément. De l’accident dont il sort paralysé à l’été 73, à son mariage avec Alfreda Benge (Alfie) et la sortie de Rock Bottom en 1974 (l’album sortira le jour de leur union), émerge une fabuleuse bulle d’air, un album-univers. Un espace distinct, immensément intime, découpé du temps et des modes. Une bulle étonnamment précise et fragile à la fois, pleine de folie, de liberté, tout en étant d’une stabilité et d’une lucidité fabuleuse. L'achèvement et la naissance d’une carrière dans une seule boucle de six pistes, six pattes, dessinées à la pointe des doigts et portées doucement par la chaleur du timbre si particulier de Wyatt. Ne pouvant plus utiliser que claviers, trompette et quelques percussions, Wyatt développe sa voix et ses textes entre nostalgie surréaliste (Last Straw), déclaration d’amour (Alifib), et douce folie (Little Red Robin Hood Hit the Road).

Finalement Rock Bottom ne ressemble ainsi à rien, c’est bien trop profond.

Robert Wyatt - Sea Song (cf précédent post « Ascension Horizontale »)

Robert Wyatt - A Last Straw Murs moites d’alcool de la veille, fumée bleue de cigarettes et soleil aquatique.

Robert Wyatt - Alifib Mettre son cœur et son ventre en conserve pour préserver les arômes de ses sentiments.

Robert Wyatt - Little Red Robin Hood Hit The Road (feat Ivor Cutler) “how bizarre !”

divorce

Quatre riot grrrls et un batteur de Glasgow, la riante ville de Belle & Sebastian et Franz Ferdinand -- on les assimilera cependant plus volontiers à une juxtaposition de Shellac, Lydia Lunch et Jesus Lizard. Ils jouent des aubades punk no-wave pendant que leur chanteuse aux amygdales de pit-bull se roule par terre. Mais on parie que dans la vraie vie ils sont doux et gentils et travaillent dans des maisons de retraite.


divorce - early christianity

divorce - pipe down

crane(2)

Robert Wyatt – 1 : Ascension horizontale

visuel wyatt 1

illustration : john vassos

Il est très difficile de parler de l'activité d'un demi-dieu comme Robert Wyatt lorsque l'on a comme moi des tendances littéraires suicidaires. Je sais très bien que si je me mettais à entrer dans les détails de la titanesque discographie de Wyatt, je sombrerais très facilement dans de longues descriptions lyriques à base de cailloux, de sèves, de fourrures et d'horizons mystérieux. D'ailleurs rien que « titanesque » me donne envie de me lancer dans une métaphore-marathon : «robert wyatt = titan aux pieds d'argiles = Genèse = poterie humaine = confiture = douceur acidulée = musique psychédélique = the Soft Machine – Matching Mole = soft-modernité = guide gravita-générationnel = trou noir d'émotions = cailloux-sèves-animaux-sauvages-et-ciel-brumeux …

Surtout que s'attaquer comme ça à Robert Wyatt, à peine sorti de sa dernière crise d'adolescence musicale, revient à vouloir faire de la haute cuisine alors que l'on vient tout juste d'apprendre à séparer le jaune du blanc des œufs. Ainsi pour éviter toute lourdeur et faciliter la digestion, une dégustation en aveugle :

(dé)GÉNÉRATION INTERNET – perdus dans la vie avec trop de cartes et de boussoles :

Vol 1 : Robert Wyatt

Matching Mole – Little Red Record (1972) : “Starting In The Middle” le titre éponyme de la dégénération.

Rock Bottom (1974) : « Sea Song » l’instabilité déconcertante de la certitude amoureuse

The Soft Machine – Volume Two (1969) : “Dedicated To You But You Weren’t Listening” : révolution solitaire

Nothing Can Stop Us (1982) : « Born Again Cretin »

Comicopera (2007) : « Stay Tuned » : avec la voix de Seaming To (déjà vue dans Homelife) transformée en Theremin, un SOS soufflé du haut d’un phare purgatoire.

Courts toujours - Francois Vogel / David Ellis / Luc Moullet

L'une des grosses claques de notre festival international du court-métrage de clermont de ce mois de février 2010, en dehors des séances spéciales de l'étrange festival,  c'est les courts de FRANCOIS VOGEL qui étaient représentés dans les catégories "labo" (bien fade cette année) et "courts francais" dont les installations vidéo nous ont le plus marqués. A noter la présence de notre ami BLU dont on vous parlait il y a quelques mois, qui a réalisé et présenté le court avec DAVID ELLIS (combo dispo ICI) avec une technique de motionpainting ultra impressionnante.  Le festival de Clermont nous a également permis de (re)découvrir des courts hilarants de LUC MOULLET, que l'on vous a déjà présenté lors d'une de nos projections à Gerland.

 

Petite sélection de courts de tout ce petit monde :

 

François Vogel - TOURNIS :

{vimeo width="500" height="241"}7796306{/vimeo}

permalien>>

 

 

David Ellis - TRUCK :

{vimeo width="500" height="325"}5570660{/vimeo}

permalien>>

 

 

Le reste de cette petite sélection de 8 courts-métrages dans "lire la suite >>"

Attention, certains ordis peuvent ramer pour afficher autant de vidéos sur une même page, je vous conseille d'ouvrir chaque vidéo via leur permalien dans un onglet différent de votre navigateur si c'est le cas.

Lire la suite : Courts toujours - Francois Vogel / David Ellis / Luc Moullet

ah non pas dans mon nez

Quand, statistiquement, on a toujours deux chances sur trois de rater son bus le matin, le bus qui passe à des heures génialement aléatoires toutes les vingt minutes environ, pouvoir écouter Freckle Wars en reprenant son souffle rend le destin moins insupportable. Freckle Wars est un album d'Ecstatic Sunshine sorti en 2005, à l'époque où le groupe était encore un duo instrumental guitare/guitare ensorcelant. Avec leurs petits doigts agiles et leur sens de la mélodie qui bute, Matthew Papish et Dustin Wong composaient alors en quelques arpèges un formidable mélange qui purifie le teint, brassant gaiement la finesse de Deerhoof, la dextérité rythmique de Hella, les charges épiques de Daft Punk, la confiture de mûres, les chips au poivre, et tout.


ecstatic sunshine – ramontana

ecstatic sunshine – swirling hearts

ecstatic sunshine – perrier

ecstatic sunshine – pocket knife

 

{youtubejw width="425" height="344"}eoh7YejEer4{/youtubejw}

 

Le EP Living fut marqué par l'arrivée d'une batterie qui invitait tout un chacun à tressaillir à l'intérieur de lui-même. Ces premiers disques énonçaient un message limpide : Ecstatic Sunshine va réhausser la qualité de notre quotidien. Un message que 524 personnes ont entendu à l'époque, et que je n'ai entr'aperçu que récemment en vaquant sur soulseek.

ecstatic sunshine - anagram


Mais cette apogée fut interrompue par le départ de Wong, qui décida de se consacrer à l'entretien de sa coupe au bol ainsi qu'au groupe ninja-rock de Baltimore dont la chanteuse est une marmotte en baskets fluos (Ponytail, chez qui résonnent d'ailleurs des échos de Freckle Wars). Ecstatic Sunshine prit alors un tournant plus ambient/expé/pédales/laptop/on est pas des guignols, rappelant un peu trop d'autres bons groupes comme Ducktails ou Lucky Dragons, avec qui ils ont même sorti un split. Leur dernier album, Tomorrow's work, traduit effectivement ce virage esthétique qui, bien qu'honorable, n'a plus grand chose à voir avec la majesté des débuts. Il auraient pu changer de nom; c'est une légende, que tous les noms de groupes sont déjà pris.

 

Creature_from_the_Haunted_Sea

 

Lire la suite : ah non pas dans mon nez

Anouck organise un concert

echidna-736135

 

Je n'écoute jamais les groupes avant d'aller à un concert, en partie par flemme, en partie pour maintenir une part d'inconnu dans des soirées qui se ressemblent toutes ; et ce n'est pas parce que je co-organise celui-là que je vais faire une exception. Mais puisqu'on peut parler des livres qu'on a pas lu, on doit aussi pouvoir parler des groupes qu'on a pas entendu, ce que je vais m'empresser de faire afin de vous convaincre de la nécessité de venir voir Bird Names en concert (dimanche prochain, à grnd gerlande) au risque que l'angoisse de ne pas être au Bon endroit au Bon moment vous ronge avec ses petites dents pointues et pleines de tartre.

Au vu de leur page myspace, Bird Names viennent de loin - CHICAGO, Illinois - on peut donc raisonnablement penser qu'ils ne reviendront pas de sitôt. Une occasion peut-être unique donc, de voir un groupe de Country / Psychédélique / Garage (sauf qu'en fait c'est de la Pop /Freak folk) attrapés au vol en pleine tournée internationale (Brighton, Berlin, Lausanne). Les chansons en ligne ont une durée comprise entre 2 et 3.09 minutes, ce qui est court, ce qui est bien.

De plus ils ont une adresse gmail, des amis aux profils colorés, des commentaires élogieux, et des articles de presse dithyrambiques issus de journaux dont je n'ai jamais entendu parler qui citent à leur sujet Morricone, Thin Lizzy, Beefheart, Can, Os Mutantes, Animal Collective (duh), Taking Tiger Mountain By Strategy, Ariel Pink, et des enfants faisant de la musique avec leur boite à outils Fisher Price. Et comme ils le disent si bien eux-mêmes : "Since 2005 Bird Names has been making unique pop music in the American underground."

Last but not least, les photos du groupe montrent un sens du look impeccable, et un potentiel physique certain, ce qui rajoute un plus-produit par rapport à écouter l'album chez soi en regardant tomber la neige.

Franchement, même si j'étais pas obligée, je crois que j'irai quand même.

-texte uniquement composé en écoutant du ella fitzgerald, Rhythm is my business-

PS : heureusement, certains ont écouté Bird Names

Bird names - nature's Over

Bird names - new life

Bird names - words are the wheels

noise & capitalisme

L'essai Noise & Capitalism, publié par un collectif de musicien-ne-s issu-e-s des musiques expérimentales, improvisées ou bâtardement rassemblées sous le terme générique de "noise", est un pavé de 200 pages traîtant du potentiel de subversion & d'émancipation de ces musiques dans le contexte néo-libéral actuel, contexte qui se nourrit de plus en plus de l'art, de la créativité individuelle et des contre-cultures pour donner un nouveau visage au capitalisme. La lecture de Noise & Capitalism peut être laborieuse, étant donné qu'il n' a été publié qu' en anglais et que le ton y est globalement académique, voici donc quelques passages traduits.

NOISE & CAPITALISM...............................................(extraits traduits)

"The Foundry n'est pas un vieux pub de l'East End mais il occupe un emplacement privilégié depuis lequel observer la transformation radicale de l'est de Londres depuis 15 ans. Parfait exemple de la réorientation de la force économique, depuis la production industrielle du Siècle des Lumières vers le tournant post-moderne de l'industrie du loisir/plaisir, le quartier désormais mondialement célèbre où se trouve The Foundry, Shoreditch, est passé d'une zone industrielle, quartier général & ligne de front du National Front, à un endroit branché pour clubs, DJs et groupes. Au sein de The Foundry, une ancienne usine, sont représentés à peu près tous les styles de musique underground par le biais de concerts, festivals, sound-systems, soirées "open mic" et même le rendez-vous régulier de la noise et de l'improvisation, Oligarch Shit Transfusion.

Cependant, alors qu'à Shoreditch s'effectuait cette transition, le mouvement de ses résidents s'est accéléré, passant d'artistes et de squatteurs vivant dans d'anciens entrepôts décrépis aux architectes, créateurs et graphistes. Aujourd'hui, les habitants y résidant sont une super-élite d'employés municipaux et quelques artistes stars ayant capitalisé sur la hausse rapide des valeurs immobilières. Il se trouve que les promoteurs avaient étudié la gentrification de Chelsea, et envoyé des artistes garder la place au chaud en attendant que l'endroit devienne suffisamment "cool" et que les prix de l'immobilier commencent à grimper. Leurs services n'étant plus nécessaires, les contrats de courte durée des artistes prirent fin et ils furent chassés de la zone, ainsi que toute personne n'ayant pas été capable de racheter au prix fort leur habitation. Pour les "esprits créatifs" qui avaient donné à l'endroit son cachet culturel et peuplé son réseau de bars et de cafés qui deviendraient bientôt la destination des chasseurs urbains de plaisirs branchés, le marché semblait injuste, comme si on les avait dépouillé de quelque chose sans rien en retour. Si Shoreditch est devenu une métaphore de la manière dont le capitalisme utilise la créativité à ses fins, The Foundry pourrait être un rappel que d'autres possibilités éxistent. Cependant, cet endroit sale et politisé coexiste avec la douce transformation du quartier en terrain de jeu pour les citoyens socialement ascendants de la ville-monde."

"Howard Slater affirme que le capital a transformé les relations de production afin d'imposer jusque dans nos propres sens son système de valorisation, la production de valeur étant passée de l'usine à l'"usine sans murs"; il parle de:

"La manière dont nos corps, nos membranes sensorielles, sont devenus non seulement le lieu sur-stimulé des messages de l'industrie médiatique et de la séduction subliminale, mais également des terrains cruciaux de la maintenance continue de nous-mêmes comme "points de circulation"."

"Si Slater a raison, un endroit comme The Foundry pourrait être considéré comme un point-clé de la lutte dans laquelle les artistes et musiciens expérimentent dans des conditions hostiles et se confrontent à l'industrie médiatique, à la soi-disante industrie "créative" et à leurs tentatives d'emprisonner, déformer et automatiser nos propres sens de perception et d'affectivité."

Anthony Iles in "Introduction"

-------------------------------------------

"A quel moment pensez-vous que la vraie innovation, la vraie expérimentation survient? Probablement quand les gens sont dans une situation d'insécurité nouvelle pour eux et qu'ils sont un peu indécis et effrayés. Ce sont les moments où les gens doivent repousser leurs limites. Les gens innovent lorsqu'ils sortent de leur confort familier."

"La musique improvisée a le potentiel de subvertir les formes classiques de production musicale, mais c'est à ses musiciens de s'y introduire afin de les déconstruire. Ouvrir de nouveaux champs de possibilités signifie devenir fragile jusqu'à détruire les peurs qui nous retiennent."

"Nous ne parlons pas ici de changer les conditions de travail de la majorité des gens, mais d'avoir conscience que la culture, la créativité et la communication sont en train de devenir les outils de "l'usine sans murs". Nous devons être suspicieux des manières dont les pratiques culturelles peuvent être exploitées par le capital. Pour cette raison, nous devons constamment questionner nos intentions, nos façons de faire et leurs relations aux conditions dans lesquelles nous agissons, afin d'éviter la récupération par un système qui produira des murs idéologiques autour de nous. Etre opposé à ces conditions signifie danger et insécurité."

Mattin in "Going Fragile"

Pour lire la suite des extraits ou télécharger le livre dans son intégralité, cliquer sur "lire la suite".

 

Lire la suite : noise & capitalisme

l'appel (maléfique) de la forêt

bencover500px

 

J’avais pourtant mis un post-it, mais je n’ai toujours pas parlé de Ben Frost, alors qu’on a récemment vécu peut-être la seule et unique « tempête » de neige de l’année, et que je ne vois pas ce qu’on pourrait écouter d’autres dans ces moments là. Donc là vite tout de suite, il faudrait sortir, marcher à découvert contre le vent, prendre le volant pour s’égarer de nuit, dans un endroit suffisamment désert et encore recouvert de neige, pour pouvoir enfin, écouter à la lumière des phares, « By The Throat ».

Sorti en octobre dernier sur Bedroom Community, cet album pourrait être la bande-son drone du prochain film de la prévention routière/de WWF/de David Lynch. On peut aussi penser à du Arvo Pärt tabassé à la scie sauteuse, étouffé dans du souffre et enterré à la pelle mécanique.

Après avoir fait des trucs plutôt ambient/post-rock, Ben Frost mélange, depuis Theory of Machines (2007), plutôt bien musique concrète, click and cuts et sonorités métal. En fait, c’est surtout depuis qu’il a émigré en Islande, que sa musique est devenue bien. Australien de naissance, on l’imagine bien débarquant de sa terre natale en short de plage et tong, ne pas se faire comprendre à cause de son accent délicat et finir par se perdre dans une forêt sombre et organique, traqué par une meute de loups. By the Throat serait alors le récit de cette arrivée chaleureuse.

L’analogie avec le territoire d’adoption de Frost est un peu trop pratique, mais difficile de ne pas penser tout au long du cd à des étendues inhumaines de roches et de lichens, à des distances solitaires, démesurées et inhospitalières. Ce « vide » d’hommes opposé au « plein » du sol, furieux et instable, forme l’épicentre permanent de By The Throat. Les guitares y sont des plaques tectoniques, elles se chevauchent comme des plaques d’aciers se froissent : dans des geysers d’étincelles amplifiées.

Ces saturations traversent de part en part By The Throat, que se soit sous la forme de cordes, de cuivres, d’hurlements bestiaux ou de chœurs fantomatiques (Peter Venkman Pt. 1 et 2). Dans Killshot, elles possèdent les guitares qui maltraitent alors mécaniquement la mélodie fragile du piano. Sur Híbakúsja, elles écrasent l’espace en lacérant un oppressant jeu de cordes, au point d’asphyxier les samples de voix.

Et finalement c’est très pratique pour prendre le temps de ruminer sur le vide de l'existence, les injustices sentimentales traversées et le décalage cuisant entre les talents dont au aurait besoin et ceux que l'on possède réellement.

Kill Shot Rouler sur l'autoroute sous la neige et oublier de freiner.

Híbakúsja Se perdre dans les bois avec son thermos de café vide.

Peter Venkman Pt. 1 / … Bill Murray courage

Leo Needs A New Pair of Shoes Un piano et un banjo font des raquettes

Through The Glass of The Roof Tentative de domptage d’un troupeau de grindcoreux à l’aide d’un laptop

Fin du monde bientot - Un futur bien peinard


GZcompile


On a réussi à filer 150 DVD lors du concert sauvage de The Ex en décembre dernier, donc environ un tiers du public a pu repartir avec cet objet précieux.

En attendant l'édition Prestige (couverture sérigraphiée, blablabla), on vous livre en streaming et en download ces deux compils de vidéos de concerts filmés à Grnd Zero. 

Un futur bien peinard  : Kickball / Deerhoof / Xiu Xiu / Fat 32 / Black Dice / Animal Collective / François Virot / Kickball / Daniel Higgs / Ours Bipolaire.

Fin du monde bientot Melt Banana / Pneu / Deerhunter / Clara Clara / Lighting Bolt / Chewbacca / Volcano the bear / Pif le chiant.

Sur l'édition DVD il y a aussi des bonus, qu'on peut retrouver pour la plupart en fouillant dans la partie vidéo du site. Et on tardera pas à mettre les autres.


Un futur bien peinard
{vimeo width="500" height="375"}8015281{/vimeo}




Fin du monde bientot
{vimeo width="500" height="375"}8236548{/vimeo}

DOWNLOAD DE FIN DU MONDE BIENTOT >>


A LA UNE

  • DES NOUVELLES DU CHANTIER #6

    Voici des photos récentes de l'avancé des travaux : ... ... Isolation des containers : ... ......

  • Un geste lourd de sens

    Si tu es arrivé sur cette page, c'est que tu envisages de participer à Grrrnd Zero. Merci, on va...

  • Grrrnd Zero recherche !

    On récupère tout ce qui est inscrit dans cette liste pour alimenter le glouton-chantier Bohlen.Si...

  • Agenda GZ

    On poursuit la reconquête du nouveau gz, m² par m², tout en organisant des concerts un peu...

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !

VEN 14/12 : THE EX + LE SINGE BLANC
VEN 14/12 : THE EX + LE SINGE BLANC

  RESERVATION OBLIGATOIRE en écrivant à  [ ... ]

SAM 15/12 : BALL-TRAP + BINAIRE + DUPEK + MARVIN + M. MARCAILLE + PORD + POUTRE ...

  Le Pakebot s’échoue délicatement à  [ ... ]

MER 16/01 : CONGREED + NAHBOM + THE CAYON OBSERVER + HORDUR
MER 16/01 : CONGREED + NAHBOM + THE CAYON OBSERVER + HORDUR

    D7C, Bulminator & GZHLM pré [ ... ]

??/01 : Théâtre - FAUT-IL TUER OLIVIER MASSON ?
??/01 : Théâtre -  FAUT-IL TUER OLIVIER MASSON ?

    Synopsis
La pièce suit le dérou [ ... ]

MER 30/01 : DELACAVE + MARIA VIOLENZA
MER 30/01 : DELACAVE + MARIA VIOLENZA

  DELACAVE MARIA VIOLENZA   --- Pl [ ... ]

Other Articles