Bien qu'aujourd'hui encore en cryostase, le webzine grrrndzero est toujours là. Il reprend des forces et pourra bientôt battre la campagne comme un fier animal béat courant après ses nouvelles passions éphémères.

La section imagerie rassemble principalement les vidéos de concert de concerts passés. Le plan est de développer un peu cette zone. Qui sait la webdoc-fiction-témoignage-interactif-big-data sur la vie quotidienne de Grrrnd Zero « Tout pour La Cause rien pour les Autres - saison 1 : Crust beer et lingerie fine » sortira peut-être un jour. Et pourquoi pas un live stream de nos sessions cuisine ou du chantier ?

On va essayer de rassembler des liens à la cool dans cette section là aussi. Des sites qu'on aime bien, des projets qu'on jalouse, des trucs à lire à notre place, des images rigolades, ce genre de choses là.  

Les archives chaos sont les archives de TOUT le site depuis les début de gz, par ordre de publication.
Quelques trucs se sont peut-être perdus entre les différentes version du web, mais sinon on archive méthodiquement et tu peux tout explorer.

 

 

*

* * *

*

 

ESTHETIQUE RELATIONNELLE


nonoPost

___

Jacques Attali - homme caméléon - fait publier en 1977 Bruits, essai fourre-tout historico-economico-analytique juste bon à venir gonfler quelques bibliographies indicatives. Perdu dans le flux de thèses contradictoires sorties par M.PlaNet Finance, on sourit parfois sur des prophéties apocalyptiques du genre : « La musique montre comment se disciplinent les activités du corps, comment s'en spécialise l'exercice, comment s'en vend le spectacle (…), avant qu'en soit organisé le stockage virtuel sous formes d'informations pures. Elle annonce ainsi une mondialisation répétitive où rien ne se passerait plus, si ce n'est un infini cortège de marchandises pseudo-réelles, pseudo-nouvelles. »

Ce genre d'oracle totalisant et pessimiste nous donne bien envie de retourner dans nos micro-mondes, micro-undergrounds, chercher un peu de sens dans des formes culturelles bien à nous.
Alors comment, aujourd'hui encore - dans cet espace standardisé, froid, factice que nos grands sages nous prédisent -, justifier de l'organisation de concerts?

Le 28 Avril par exemple, quatre super individus dissimulés sous les pseudonymes Utat et Magic Towers, ayant fait la route depuis l'Italie, viendront jouer une musique atonale, puissante et méditative à Buffet Froid, montée de la Grande Côte : comment allez-vous situer ce moment dans l'agenda des forces maléfiques de la globalisation?

Extrait 1 - Boa

Première possibilité : La musique Rock est perdue dans un cycle économique malfaisant, gouverné par la répétition et les stratégies de production en masse. Les cultures de l'industrie et du théâtralisme ont absorbé les anciennes formes d'altérations. Vous en avez marre et vous voulez foutre le camp de cette matrice figée.

Le 28 Avril sera l'occasion de participer à une contestation bénigne, animée par des humains palpables, qui veulent essayer d'autres canaux de communication. Derrière Utat et Magic Towers se trouvent de vrais gens qui en toute tranquillité, par leur manière de diffuser leurs musiques (du genre monter un festival de musiques bruyantes/bruitistes dans une ville italienne de moins de 40 000 habitants), luttent contre certains des schémas les plus puants que sous-tend parfois l'événement concert. Une résistance passive, à base de destruction de l'artist-ego.

Le genre de rencontre qui fait croire à la possibilité d'une constellation internationale d'artistes/branleurs conscients, s'acharnant à remonter le courant du giga-Spectacle.

Extrait 2 - Noctaven

Extrait 3 - Slaves

Seconde possibilité : Le raz-de-marée technologique vous interroge et vous inquiète quand même, un peu comme Jacques Attali finalement. Tout s'automatise et s'accélère et nous, profanes hébétés, sommes mollement emportés par le flux.

Devrait-on se soumettre à une idée de la performance électronique mise au service d'un progrès imaginé au seul sens capitaliste? On vous invite plutôt à venir observer comment ces amis transalpins plongent dans des détournements hasardeux de l'objet-machine, créant une spirale extatique et chaotique au delà de la rationalité musicale.

Extrait 4 – Endless Loops From Morocco B

Extrait 5 – Lave D

Utat et Magic Towers joueront à Buffet Froid le Jeudi 28 Avril. Buffet Froid est le projet de magasin de disques/librairie qui permettra au très chouette local du 91 Montée de la Grande Côte - jusqu'à récemment Grand Guignol - d'être pour un moment encore rempli de trucs cools.

Encore un pied de nez à M.Attali, un endroit nouveau pour des choses (comme quelqu'un le disait récemment à propos de la Luttine, autre lieu-copain-chouette) « exclusivement dans la vraie vie ».

___

Musique en téléchargement libre sur http://ottaven.bandcamp.com/

Musique en téléchargement libre sur http://magictowers.bandcamp.com/

Infos sur http://isotapes.blogspot.com/

Jolie initiative sur http://www.codalunga.org/

 

Noise & Capitalism, livre écrit par de nombreux autres gens à choper gratuitement sur http://www.arteleku.net/noise_capitalism/?page_id=3

the luyas

barbe34

A la fin du très beau film japonais "Le tombeau des lucioles" de Isao Takahata, des enfants arrivent encore à s’émerveiller du bal des lucioles après la destruction de leur village, le massacre de leurs parents, et leur propre mort s’annonçant. Je m’étonne aussi du pouvoir d’un bon disque à nous extraire du monde. Je veux parler du deuxième album du groupe THE LUYAS "Too Beautiful To Work" paru chez Pome Records. 
Une synthèse incroyable entre mille groupes favoris (Ramona Cordova, Broadcast, Lali Puna, The Softies, Feist, The Blow, Le Ton Mité, Greenbelt, Blonde Redhead…). 
Mais trop dur de parler de musique, écoutez plutôt :
"Tiny head"

{youtube width="600" height="365"}4lIqAQvIpo0 {/youtube}

Et si vous m’autorisez une deuxième vidéo : 
"canary"

{youtube width="480" height="390"}BNneWC3jBdA{/youtube}

Si vous en voulez plus ...
http://www.youtube.com/watch?v=7A5URbX2K5U
http://www.blogotheque.net/The-Luyas,5339
"dumb blood" : http://www.youtube.com/watch?v=KBb9z42H-q0
"cold canada" : http://www.youtube.com/watch?v=6M_upua-rAk
"too beautiful to work" : http://www.youtube.com/watch?v=faxzRvTNCVU

-> EN CONCERT A LYON, le dimanche 1er mai, au kraspek Myzik (Barbapop #34)

helen money



alt




Alors on va tenter de résumer les choses le plus simplement du monde : Helen Money – Alison Chesley de son vrai nom – est une violoncelliste américaine qui joue toute seule, fait des boucles, bidouille avec des effets, superpose à l’envie des motifs, construit des structures non dénuées d’un certain minimalisme.

Elle a publié au moins deux disques dont In Tune, chez le très expérimental mais très recommandable Table Of The Elements. Voilà. Tout ce descriptif vous rappellera sûrement quelque chose. Et bien vous avez tort. Helen Money n’est absolument pas un énième avatar de la musique répétitive post La Monte Young/Tony Conrad. Il ne lui arrive pratiquement jamais de citer ces deux grands maîtres de la musique américaine contemporaine. Elle préfère jouer de son violoncelle avec toute l’énergie et même parfois toute la rage que d’autres mettent en œuvre pour faire vibrer une guitare. Souvent bien saturée, la guitare. Et puis surtout Helen Money nous offre une musique à la beauté singulière et intrigante.

In Tune propose ainsi un panorama sonore appréciable et éloquent, d’une richesse rarement atteinte par une musique instrumentale interprétée par une seule personne, fut-elle aidée par une armada de pédales d’effet et une loop station. On en vient à se demander fugitivement si la dame n’a pas un peu biaisé, profitant des technologies modernes d’un studio hi-tech et des facilités de pro-tools pour mettre sa musique en boite. La réponse est définitivement non : In Tune a été enregistré à Chicago dans le studio entièrement équipé en analogique d’un ingénieur du son à lunettes et obsédé par la taille et l’emplacement idéal de ses micros d’origine tchèque. Un type avec lequel il ne faut surtout pas déconner dès qu’il s’agit de qualité sonore et de son enregistrement. On comprend alors parfaitement d’où provient la sécheresse alliée à la profondeur des vibrations du violoncelle d’Helen Money. On n’hésite plus lorsque la saturation entre en jeu (MF et Waterwalk, curieusement sous haute influence PJ Harvey, In TuneYou Are Beautiful ou Political Song, ce dernier marquant la rencontre improbable entre Suicide et The Ex …).

Le violoncelle est capable des plus belles sonorités qui soient, on en est depuis longtemps persuadés, et les traitements que lui inflige Helen Money, loin de le dénaturer entièrement, le font donc passer dans une autre dimension. Tout en gardant un pied dans l’épure et la beauté originelle de sa nature profonde : UntitledSagradaToo Heavy et le très beau Everything I Am Thinking sont là pour nous rappeler toute la force et la passion quasi humaines d’un instrument réputé difficile à dompter. Avec In Tune Helene Money a opéré bien plus qu’une tentative réussie de modernisation de quelques vieux schémas musicaux – que ce soit «classiques» ou «rock» ou je ne sais quoi – et n’a pas non plus uniquement pratiqué la greffe de l’un sur l’autre : il y a des jours où en fait on n’est pas très loin de penser qu’elle a découvert quelque chose.

Helen Money - You are beautiful

Helen Money - Political Song

Helen Money - Waterwalk


CHELSEA WOLFE

 

Chelsea Wolfe - The Grime and the Glow

(Humanist Records)

 

D'abord, il y a eu une vidéo, trainant sur le net pour la promo d'un concert lyonnais, montrant à qui voulait bien se l'infliger un spectacle à la fois beau et désolant. Un vidéo regardée en boucle, du coin de l'œil une première fois, puis de façon acharnée ensuite. Cette même vidéo, encore et encore :

{youtube width="480" height="390"}8WrILPqRaDo{/youtube}


Renseignements pris, la demoiselle vient de Los Angeles, et soyons honnêtes, le soleil brillant, c'est pas son truc.

A priori pourtant, tout pousse à porter un regard dubitatif sur ce projet. Los Angeles d'abord, nouvelle ville de la hypitude américaine. L'espace d'un instant on pourrait croire à une nouvelle recrue de cette ignoble scène néo folk décadente où composer un morceau correct importe moins que d'avoir les bonnes relations presse. L'art d'être arty sans avoir l'air d'y toucher, retranché derrière une démarche DIY qui ne trompe finalement plus personne.

Mais c'est là la première impression, une petite méfiance malvenue, parce qu'à l'écoute, c'est une énorme vague de sincérité et de noirceur qui transparait. Chelsea Wolfe, pour tenter d'être simple, superpose sur ses morceaux des couches de guitares folk ou parfois carrément bruitistes , noie le tout sous des voix lugubres, use et abuse de la saturation et de la superposition et se fait un plaisir certain à submerger l'auditeur sous des vagues extrêmement délicates pour l'agresser ensuite par la rudesse de ses compositions. Rien d'excessivement violent, mais l'ensemble du disque ferait passer n'importe quelle musique sombre pour de la poésie joviale. Quelques touches de pianos ou de batteries épurées viennent agrémenter l'ensemble.

Mais l'essentiel n'est pas là. L'essentiel c'est cette voix incroyable, au service d'une tristesse et d'une noirceur sans fin. On trouve souvent des références à l'univers Goth ou Dark Folk dans les chroniques de ce disque, mais ce serait lui soustraire une vocation beaucoup plus universelle. Un disque qui, s'il n'est pas au premier abord facile d'accès, est tout simplement génial. La complète « non production » de celui ci joue peut être pour beaucoup, le tout étant enregistré sur un 8 pistes, avec un son volontairement crasseux et des morceaux terminés à la truelle. Un petit truc quoi, qui te retourne l'esprit, encore, encore et encore.


Chelsea Wolfe - Moses

Pour acheter le disque, c'est ici

http://www.humanistrecords.com/

bonheur aride

Glacier-001

Heureusement que je n'ai pas encore eu l'occasion d'écouter "Microtonal Waves" du guitariste Ryan Kirk dans les meilleures conditions (sur des enceintes honnêtes, à l'aube, immobile, l'estomac agréablement vide, la veille d'une prise de décision importante, etc) ; le frisson risquerait d'être considérable. Il s'agit donc d'un EP de cinq plages microtonales, ascétiques, implacables et rassurantes en même temps, un peu comme une montagne noire qui perd ses feuilles. Sorti chez Divorce Records, on peut le télécharger intégralement ici, et, en échange, envoyer un don libre.
 
le dernier morceau :

le premier :


The Dead C

dead c

Parmi les albums de la scène indé 80/90's, on trouve parfois, au milieu de morceaux à priori écrits et structurés suivant l'air de rien cette convention tacite et très occidentale du couplet-refrain, des avortons moins définissables. Notre incapacité à se satisfaire simplement de cette chose merveilleuse qu'est le bruit est assez mystérieuse. J'ai toujours été fasciné par les quelques morceaux perdus sur un disque, côtoyant de «vraies chansons», où les notions de mélodie et de structure sont abandonnées au profit d'un mode d'expression sonore brut, quitte à ne plus parler de musique. Je n'évoque évidemment pas les groupes appartenant à des scènes purement expérimentales ou improvisées, qui par définition se défont de toute structure «pop», mais bien des quelques divagations de groupes a priori accessibles.

Deux exemples – peut-être pas les meilleurs :

Sonic Youth - In the Kingdom 19

June Of 44 - Pale Horse Sailor

 

The Dead C me donne véritablement l'impression d'un groupe de pop (ouais bon, je sais...), qui dès ses débuts se serait mis à se laisser aller à des improvisations bruitistes plus souvent que la normale, bien plus souvent, quasiment tout le temps en fait. De la musique faite avant tout pour ceux qui la jouent, sans aucun compromis, que ce soit dans les compositions ou dans l'agencement étrange des morceaux au sein d'un album, sans aucune nécessité de satisfaire un quelconque auditeur type, une démarche louable en somme. 

Eusa Kills (Flying Nun, 1989) commence par Scarey Nest, qu'on jurerait tiré des premiers Dinosaur Jr, impression immédiate dans le cerveau, et tu te retrouves à la siffler l'après-midi même. La magie du truc c'est que ça n'arrive qu'une seule fois dans ce disque, tu ne sais pas pourquoi ils l'ont foutu là, en ouverture, tout ce qui suit est décharné à l'extrême, parfois même le rythme qui est le seul truc à quoi pouvoir se raccrocher n'est même plus un rythme mais seulement des coups aléatoires sur des fûts. Leur musique est faite pour être jouée de manière décousue, aucun doute sur le fait que ces types sont mille fois capables de sortir des tubes à la chaîne, ça ne doit seulement pas les intéresser. La démarche est autre, et le plaisir que l'on en tire est complètement différent : jouir d'un buzz de guitare qui résonne, de marmonnages approximatifs, écouter se former des sons produits par des instruments amplifiés à haut volume, des parasites, des paradoxes. Tout ce que tout bon ingénieur du son se tue à éliminer constitue tout ce qu'il y a à écouter dans ces disques.

 

Je n'ai même pas encore écouté la totalité de leur discographie - et pour cause, c'est conséquent -, mais c'était nécessaire que je parle d'eux, pire qu'une envie de pisser.

 

Voici quelques morceaux :

The Dead C - Children

The Dead C - Alien to Be

The Dead C - Scarey Nest

The Dead C - Baseheart

The Deac C - Max Harris

 

Plusieurs albums ont été réédités sur Ba Da Bing.

 

Aaaaaah.... La trompette dans le Jazz...


S'il y a un style de musique qui se renouvelle constamment, c'est bien la musique improvisée. Dommage que ce soit aussi chiant... Ah ah, ça commence bien hein ??? Avouez que vous ne vous y attendiez pas !! ah ah !!!
Bon, ok, je plaisante, mais à moitié seulement. Soyons honnêtes, les gens qui ne jurent que par l'impro ou le free jazz sont plutôt de mauvaise foi, et l'on doit surement les surprendre le samedi matin se détendant devant le hit machine de Charly et Lulu (est-ce que ça passe encore?), ou bien se télécharger un p'tit Rihanna.

On s'est tous déjà demandé ce qui nous avait pris d'aller voir ce concert et pas un autre, celui où des gars triturent leurs instruments avec des objets, ou bien en jouent, ou ont l'air d'en jouer de manière beaucoup plus inspirée que les autres, même si ce qui en sort nous rend perplexe. On est d'accord, quand ça marche, c'est magique, mais bon, ça arrive tous les combien, putain ? Loin de moi l'idée de faire le vieux con (je n'ai peut-être plus besoin de le faire...) mais j'ai même vu des jeunes cons qui avaient "bien compris" que l'impro, bah, c'était un peu du quitte ou double... même si, bon, ça se travaille quand même, histoire de pas paraitre ridicule 50% du temps, sinon ce serait trop simple. Un débat à développer, mais bon, là j'avoue que je m'auto-gonfle. J'arrête.

Parlons plutôt des disques d'improvisation. J'ai arrêté d'en acheter quand le mp3 est arrivé... Ah ah, ça commence bien hein ??? Avouez que vous ne vous y attendiez pas !! ah ah !!!
Bon, ok, je plaisante, mais à moitié seulement (vous avez remarquez le copier coller?). En fait, non, j'ai arrêté parce que ça coûte cher et que pour le coup, c'est vraiment risqué. Putain, le Axon avec Phil Minton, le In the Fishtank avec The Ex, Sonic Youth et Icp (j'ai vérifié, c'est pas Insane Clown Possee !), quels monuments d'ennui !!! Evidement, j'ai vécu quelques moments de bonheur sur des disques d'impro de Marc Ribot ou Fred Frith. Mais il faut bien avouer que ce style musical est bien complexe, propre à l'instant, l'état où l'on se trouve etc... On peut être charmé tout en sachant que la magie peut ne jamais, ou rarement, se reproduire; ou bien saoulé au point d'être dégouté rien qu'à la vision d'une trompette ou d'un saxophone (rigolez pas, j'en connais des comme ça... le trombone, ça fait festif, et le saxo c'est intello, que voulez-vous que j'vous dise ? Certains ont l'esprit bien étroit, et c'est ainsi, et parfois c'est à cause d'un concert de ska, ou d'un concert de musique improvisée !). Ah... la guitare.... l'instrument vénéré du rock, du punk, du metal, du prog, du trash, du crust, tout ce que vous voulez...

guitars-expecompilsolo


En voilà un disque
de guitare, de la guitare solo, et improvisée s'il vous plait. Qui dit mieux? Que d'la guitare triturée, bichonnée, percée, bercée, frottée, manipulée, cassée, broyée, bouclée etc... et même des fois, jouée. On trouve un peu de tout sur ce double cd et c'est bien ça qu'est agréable. Un écclectisme dans l'improvisation, chacun y va de sa petite pièce, sa petite histoire, les bruits de perceuse croisent des mélopées planantes, bref un panel très large de ce qui se fait en la matière. Alors quoi ? Et bien oui, il manque qui ? Sheik Anorak ? Pif le chiant ? Nico Poisson ? C'est vrai et c'est bien dommage, mais on retrouve quand même un lyonnais et pas n'importe lequel pusqu'il s'agit de Gilles Laval, oui, oui, celui qui jouait dans Parkinson Square !! J'avoue que pour le reste, je connais pas grand monde, même si les noms de Olaf Rupp, Neil Davidson, Stefano Pilia me semblent familliers. Chris Lemulo lui je le connais pas mais son nom me fait marrer, en espérant que c'est pas le frère de Pascal Mulot, le bassiste (mettre le lien !!). On peut pas dire que ce soit le disque d'impro rêvé, mais la compilation est une voie à explorer dans la quête aux bons disques, et le fait qu'un seul instrument soit représenté est peut être à déplorer mais n'altère en aucun cas le plaisir d'écoute, même si, un peu de trompette ou de batterie m'auraient pas dérangé....

Gilles Laval - djin

Pablo Montagne - geomagnetico

Michal Dymny - living on a plate



Thermals

Un peu de trompette, ça m'aurait pas dérangé non plus dans ce nouvel album des Thermals, le cinquième. Enfin dans le genre "changement de cap", j'aurais préféré qu'ils en rajoutent plutôt que de choisir ce genre de prod.

Je m'explique: ce disque commence de la meilleure manière qui soit, "i'm gonna change your life" est un des meilleurs morceaux qu'ils aient écrits, sans déconner, c'est l'espoir, ça donne envie d'aller au tabac s'acheter des clopes et rien branler d'la journée, juste écouter ce morceau... ou encore, la barre de céréales avant d'aller passer les examens (enfin, moi j'dis ça, je ne fais qu'imaginer ce qu'on m'a raconté, il parait que la barre de céréales avant les exams, ça le fait !! La prochaine fois que j'vais faire des examens de sang, j'fais ça et j'mets ce morceau dans mon walkman!).
Le deuxième titre, c'est le Thermals à l'énergie, celui qui fait penser aux Pixies de "surfer rosa", en un poil plus fun, et puis Hutch Harris n'a pas du tout, mais du tout la voix de Black Francis. C'est plus un Aziz de NRA, et encore, c'est une voix plus médium aigüe si vous êtes branchés fréquences.
Et puis ensuite, troisième titre, tout bascule, la prod change, ça sent le single à plein nez, sauf que dans ces cas-là on revient aux choses normales sur les titres suivants, mais là non. Etrange.
Tous les titres qui suivent sont plutôt bons, mais c'est plus les Thermals, MES Thermals (d'une manière générale, on a tendance à un peu trop s'approprier les groupes...). La guitare et ses accords ne sont plus là, juste des petits riffs à une corde, la basse n'a plus d'attaque, on dirait une nappe de synthé. La batterie, bah, on n'y fait plus attention. Attention, ce disque est très bien, y'a pas de problème de qualité, c'est juste que c'est surprenant ce parti pris. Le pire, c'est que quand un groupe se fourre tête baissée dans ce genre de prod, je trouve ça toujours moins bien et suis persuadé que c'est une grosse connerie qu'ils font là, et que c'est pas ça qui va faire décoller les ventes, élargir leur public, rentrer dans les charts etc... Le pire, c'est que je me trompe. A chaque fois ça marche, c'est taré, dans 6 mois, t'entendras les Thermals au Ninkasi. Si ça se trouve c'est déjà le générique de l'émission d'Ardisson ou bien ça passe déjà sur le mouv' en découverte (petite vérification sur l'airplay du mouv', bon pas encore, tout va bien). Quoique, qu'on entende les Thermals de partout serait bien la meilleure chose qui puisse arriver à la musique, après tout... Enfin, les Thermals ou d'autres, hein ! Badgewearer par exemple !!

Thermals - I'm gonna change your life

Thermals - Not like any other feeling
  (le single)




Bereket Mengisteab

Bereket C


Bereket Mengisteab
, l'homme aux 250 chansons, le berger au krar* sautillant, est né en Érythrée à la fin des années 1930, quand celle-ci était encore une province éthiopienne colonisée par l'Italie fasciste.

Conscient qu'il ne voulait pas passer sa vie à traire des brebis shootées au qat**, Bekeret descendit à la capitale Addis Abeba et intégra le prestigieux Haile Selassie Theater Orchestra (même qu'ils ont joué aux JO de Mexico en 1966). Puis un jour, son horoscope lui prédit du gros rififi politique, alors il abandonna tout et rentra au bercail pour s'engager au Front de Libération de l’Érythrée. La même année, en 1974, Haile Selassie fut étouffé sous un oreiller ou un truc comme ça par les hommes du lieutenant colonel Mengistu, au grand dam des rastamen de tous pays.
Après 5 ans de guerilla, Bekaret s'exila en Arabie Saoudite. Il commença à enregistrer des cassettes et à jouer pour les bédouins. Ses couplets exaltent la libération de sa terre natale, ou sont de traditionnelles complaintes amoureuses à la simplicité universelle ("reviens oh ma chériiiie, tu me maaanques je souffre").
 
N'importe quel amateur des Ethiopiques, d'Omar Souleyman, ou même de la psych-pop-tropicale qui se répand depuis quelques années désirera le faire chanter à son mariage.
Pour le trouver, il faut se rendre à Asmara, capitale de l’Érythrée indépendante où il continue de composer des chansons, tout en s'occupant de sa coupe afro vieillissante et de son magasin de musique sur Babylon Square.


*un genre de lyre à cinq cordes
** arbuste dont on mâche longuement les feuilles pour leur effet euphorisant, un peu comme la coca


Are you glad you're not everyone ?

badgewearer


Quelque part au milieu des années 90, dans la ville de Saint Etienne. Le Mads collectif propose ce soir encore un concert "découverte": un groupe écossais du nom de Badgewearer.


J'avais déjà entendu un titre de ce groupe sur une compilation de l'agence de booking Zoorganisation au milieu de plein d'autres: the ex (scott de Zoorganisation est toujours leur tourneur), dog faced hermans, dawson, archbishop kebab, whirling pig dervish, god is my co-pilot, sister iodine, la machoire... 
Cette k7 je l'écoutais en boucle avec d'autres trucs, dont pas mal de groupes morts... plein de k7 que m'enregistrait tony mathieu, programmateur du Mads co. 
J'étais alors monté d'un bon cran dans le snobisme et je considérais sonic youth et jesus lizard comme des groupes de rock FM tellement j'étais sûr d'avoir enfin approché quelque chose de vraiment underground: des groupes composés de vrais gens que j'aurais pu rencontrer dans la vraie vie...

Le guitariste de Badgewearer a été mon idole pendant des années, ce qui est non seulement stupide mais surtout absolument contraire au principe de l'anti-star system, et le pauvre Neil a dû quand même bien flipper de me voir débouler chez lui en écosse à l'improviste (une aventure d'une semaine, juste pour envoyer quelques cartes postales, voir où lui il habitait et comment c'était là haut en écosse...), donc voilà un truc important qu'il m'aura fait comprendre finalement (malgré son accent écossais): rester soi même.

Neil Bateman donc: la première fois que j'ai osé lui parler c'était juste après le concert, pour lui dire "hey, we play the same guitar!" (une copie made in korea de telecaster, là pour le coup j'avais pas fait exprès) c'était le seul moyen d'établir un contact: parler de guitare. Ils n'utilisaient aucune pédale et jouaient très tendu. C'était à des années lumière des groupes français de noise/hard core/punk et du gros marshall qu'on voyait partout, et c'est ça qui me plaisait: un son plein de nerfs. Ce son couplé à une basse tronçonneuse et à une batterie à clochette donnait quelque chose entre le rhytm' n' blues, le surf et... la musique tropicale on va dire. Le tout joué très sec et surtout très vite. On peut encore se demander aujourd'hui ce que sont devenus ces gens et toujours se dire "ça ressemble à rien"... c'est justement tout l'intéret de cette musique.

A noter que plusieurs de leurs albums ont été enregistrés au pays basque chez Amanita, et le label/distro a co-produit ces albums avec guided missile, ainsi que pas mal d'autres illustres inconnus. Il y a surement plein de bonnes raisons de faire tant de kilomètres pour enregistrer un disque.


interview de stefan krieger (d'Amanita): http://www.stnt.org/interviews/Amanita_fr.htm


Quelques morceaux de Badgewearer, présentés par ordre chronologique :

badgewearer - ambulance box is a toolcupboard

badgewearer - cartoon churchill with a real head

badgewearer - dog shit stream rising icon tacked to a cowboy

badgewearer - branagram


+ Discographie légèrement commentée du groupe dans "lire la suite".


Lire la suite : Are you glad you're not everyone ?

SUPER COOL OISEAU FABULEUX

BADINRED

1989: Les Clash sont morts depuis un moment et on est surement pas au courant, mais c'est pas grave, on est pas à l'heure d'internet et on s'en fout d'être au courant à la seconde même du split d'un groupe ou d'une quelconque nouvelle musicale importante.

Mes potes et moi, on est à fond dans les Clash et c'est le groupe du moment, même s'ils n'ont pas sorti de disque depuis 82 (je le dis maintenant, mais je le savais pas à ce moment là...). Je viens d'acheter "Earthquake weather", le premier album solo de Joe Strummer, et mon voisin du 8ème, le Hash il aime, mais les Clash aussi, alors lui il a acheté le "Megatop phoenix" de Big Audio Dynamite, le nouveau groupe de Mick Jones (j'apprendrai des années plus tard, que ce n'est pas leur premier album...).

Y'a pas internet, on est jeunes, on a pas les couilles de voler des disques alors on en achète un par mois, et encore... donc, ceux qu'on achète, bah on les écoute, même si on les trouve... bizarres. Et ce "Megatop Phoenix", franchement, il l'est : le groupe mélange habilement de la dance music à du rock, y'a des samples de funk, des synthès, des boites à ryhtmes, des plans ragga, et puis y'a que Mick Jones qui chante... alors on se rend compte que bon, sa voix, c'est cool, ça évoque quelque chose, mais bon, c'est très anglais maniéré, limite niais... y'a pas la classe de Strummer quoi !!

Mais pourtant, on arrrive à l'aimer ce disque. Déjà, c'est dansant, donc pourquoi pas, y'a de plein de bonnes idées au niveau des samples, c'est vraiment varié, et y'a quand même de la guitare, hein, y'a même quelques solos, et puis bon, de toute façon, quand on écoute "Combat Rock" des Clash, y'a déjà tout et n'importe quoi, on peut dire qu'on est bien ouverts d'esprit. Mais bon là c'est vrai que les trucs qui ressemblent à Technotronic, on voit pas pourquoi on aimerait pas Technotronic et pourquoi on aimerait ce machin chelou.

L'album commence bien, tous les morceaux s'enchaînent, y'a des interludes, on dirait un album de hip-hop, c'est pas mal fait, mais la voix de mick jones, qui ressemble de plus en plus à Frédéric Mitterrand soit dit en passant, rend le tout un peu cucul... Sans parler de ses shorts et de ses casquettes...

Bref, finalement, ce disque, long en plus, j'peux vous dire que j'l'ai écouté un paquet de fois. J'ai même, quelques années plus tard, acheté les autres disques de B.A.D, Big Audio, et même B.A.D II (ces salauds qui se sont foutus sur la face B de "Should i stay or should i go" quand c'est ressorti pour la pub Levi's !!!) Et ce "Megatop Phoenix" je l 'ai choppé en K7 y'a deux ou trois ans et je l'ai bien réécouté avec plaisir, c'est vraiment leur "meilleur" album selon moi, et c'est bien pour ça que j'ai craqué sur la version 33 aujourd'hui même, et que je le réécoute avec ce même plaisir, et que je cède ma K7 de dance rock ragga chelou volontiers, au premier ou première qui sautera sur l'occas' après avoir écouté ces titres !! Ouais, bon, je sais, j'ai pas dû trop vous donner envie d'écouter avec tout ça, plus les photos, mais bon, au moins, vous pourrez pas dire que vous saviez pas que j'avais ce disque et que je le donnais volontiers. Et puis merde, vous avez qu'à vous forcer ! Vous croyez que j'ai fais comment moi pour l'aimer ce disque ???

Big Audio Dynamite - Union, jack


Big Audio Dynamite - Rewind


big_audio_dynamite_megatop_phoenix




A LA UNE

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !