Bien qu'aujourd'hui encore en cryostase, le webzine grrrndzero est toujours là. Il reprend des forces et pourra bientôt battre la campagne comme un fier animal béat courant après ses nouvelles passions éphémères.

La section imagerie rassemble principalement les vidéos de concert de concerts passés. Le plan est de développer un peu cette zone. Qui sait la webdoc-fiction-témoignage-interactif-big-data sur la vie quotidienne de Grrrnd Zero « Tout pour La Cause rien pour les Autres - saison 1 : Crust beer et lingerie fine » sortira peut-être un jour. Et pourquoi pas un live stream de nos sessions cuisine ou du chantier ?

On va essayer de rassembler des liens à la cool dans cette section là aussi. Des sites qu'on aime bien, des projets qu'on jalouse, des trucs à lire à notre place, des images rigolades, ce genre de choses là.  

Les archives chaos sont les archives de TOUT le site depuis les début de gz, par ordre de publication.
Quelques trucs se sont peut-être perdus entre les différentes version du web, mais sinon on archive méthodiquement et tu peux tout explorer.

 

 

*

* * *

*

 

NINA SIMONE REINE DU PUNK





Non, là, franchement, si ça ne vous émeut pas, allez faire remplacer votre coeur.

Rusty Santos

Après un concert de François Virot à Berlin, quelqu'un est venu lui dire “hey, ce que tu fais, ça ressemble pas mal à Rusty Santos”. Renseignements pris, monsieur Santos vient de New York, a enregistré Feels et pas mal de monde (gang gang dance, ariel pink, yamataka eye), joué sur Sung Tongs, fait un groupe avec Panda Bear, et sorti trois albums plus ou moins solo. Trois disques de pop hippie bordélique qui évoquent immédiatement la période accoustique... d'Animal Collective, sans tomber dans le sous-plagiat. Un être humain recommandable, donc, bien qu'on ait toujours pas vraiment saisi la parenté avec François.

Rusty Santos - this direction.mp3

Rusty Santos - bullet proof.mp3

pour acheter ses disques (à peu près introuvables en france)

son myspace


Secret Mommy - Plays

Secret Mommy, de son vrai nom Andy Dixon, réside à Vancouver.

En attendant la mort, il compose de la musique électronique basée sur la manipulation de sons organiques. Il gère aussi son propre label, ache. Dans ses deux premiers albums, il tronçonnait sauvagement des voix de popstars (Beyoncé, Shania Twain, Mary J Blidge...) et les juxtaposaient avec des samples de grenouilles, de respiration humaine, d'outils traînant dans un cabinet de dentiste... Pour Very rec, la plupart des sons provenaient de terrains de jeux (bruits de balancoire, d'un bras effleurant l'eau d'une piscine, de balle percutant une raquette de tennis...).

On pourrait craindre un résultat un peu austère, mais la recherche sonore n'est pas son seul centre d'intérêt. C'est aussi un fan de pop, il ne peut pas se retenir d'étaler des mélodies délicieuses et/ou idiotes dans ses morceaux hachés, sautillants, bourrés de coupures rythmiques. Côté références, on pourrait aligner Dat Politics, Mouse on Mars quand ils étaient très bons, à l'époque de Niun Niggung, ou un Aphex Twin heureux de vivre.

Jusqu'à maintenant, ses albums étaient décents, contenaient une poignée de tubes, mais on ne pouvait pas non plus hurler au chef d'oeuvre en lui embrassant le nombril. Beaucoup d'espoirs étaient cependant misés sur monsieur Dixon, car peu avant Very Rec, il avait commis le maxi Hawaii 5.0. Le genre de merveille délicate qui stimule des petites piqures de plaisir de la troisième cervicale à la vertèbre dorsale numéro onze. Fondés sur des samples de musique hawaïenne et de fruits tropicaux mâchés avec voracité, ces cinq titres auront une belle place au paradis de l'électro pop déviante.

La grande nouvelle, c'est que Plays, son quatrième album, est aussi bon qu'Hawaii.

 

Il a invité tous ses amis à venir jouer dans son studio (des membres de They shoot horses, The Winks, The Doers...). Il avait consciencieusement écrit des parties pour tout le monde, mais leur absence flagrante de discipline a débouché sur un tas massif d'improvisations. La seule règle à respecter : faire un album électronique sans aucun son synthétique (pas de boite à rythme, pas de synthétiseur, rien d'électrifié en fait). Guitares sèches, violon, cuivres, instruments à vent, ukulélé et percussions deviennent la matière première qu'il continue à couper/coller/malaxer avec énergie. Un tel traitement numérique d'instruments accoustiques ne peut que rappeler The Books. Secret Mommy chante même de temps en temps (notamment sur le scotchant Kool Aid River, porté par une ligne de chant émo “mettre du gel dans mes cheveux me donne des orgasmes” du plus bel effet). Ecoutez le, donnez lui votre argent, c'est une des plutôt rares personnes à faire de la musique électronique intéressante aujourd'hui.


secret mommy - kool aid river.mp3

secret mommy - to burry a tent.mp3

acheter un de ses disques


le clip de Kool Aid River réalisé avec trois dollars canadiens par Andy Dixon:


Animal Collective - Video Malta Festival + Infos diverses

La télévision polonaise est parfois surprenante.

Pas seulement parce que les voix de tous les personnages des séries américaines, hommes comme femmes, sont doublées par un seul acteur. Non, elle peut étonner sans que cela prête à rire : la chaîne TVP Kultura a ainsi diffusé il y a quelques mois un live d'Animal Collective dans la cour du château/centre culturel de Poznan, dans le cadre du festival de théatre international Malta. Forcément, nous sommes vite allés le récupérer sur Collected Animals, le forum des monomaniaques d'Animal Collective. On déborde quand même tellement d'amour pour ce groupe qu'on les a fait jouer en concert gratuit lors de leur tournée 2005, alors que les places étaient aux alentours de 15 euros dans toute l'Europe. Il y a d'ailleurs une vidéo qui traîne de cette soirée, filmée avec un petit camescope et un son douteux. La captation du Malta Festival, par contre, il y a des dollars, ça se voit, et une prise directe sur la table de mixage. On la met en téléchargement intégral juste là, dessous.

Attention, les premiers instants provoquent une sensation de léger dégout: le contraste entre la musique et l'image est aberrant. Les cameramen et le monteur ont vraisemblablement cru être en train de capturer une apparition de Shakira aux Mtv Awards (changements de plans incessants, caméras pivotantes sur bras mécanique, ralentis prolongés sur des pétasses en transe, rien ne nous sera épargné). Malgré tout, le concert procure d'intenses vibrations de plaisir. Un long passage (de la 21ème minute jusqu'à la fin) pourrait peut être même convertir les hérétiques encore réticents à admettre que le Collectif Animalier est envoyé par Dieu. Deux inédits (Cuckoo et Chores) et We tigers enchaînés. Du bruit, du chant, des crissements, de l'énergie shamanique. Un gros quart d'heure d'extase primitive.

A part ça, Panda Bear sort son album solo le 20 mars (il est plutôt pas mal, on en reparlera), celui d'Avey Tare et Kria Brekken arrive en avril, et le groupe a signé chez Domino. Oui, la même maison de disques que les affreux Franz Ferdinand et Artic Monkeys. Mais aussi celle de Gastr Del Sol, Four Tet, David Grubbs... Bientôt un clip d'AC en boucle sur M6 ?

Ils ont quand même fait un dernier disque chez Fat Cat, le récent maxi "People", et continuent de collaborer avec des tout petits labels (un triple vinyle live retraçant l'histoire du groupe sera bientôt édité chez Catsup Plate). Pour le moment, ils sont enfermés dans un studio souterrain, au milieu du désert, et enregistrent le prochain album dix heures par jour. Il devrait être disponible en tant que bien de consommation culturel cellophané à la fin de l'été 2007. Alleluiah.




Animal Collective-Live in Malta Festival.avi


Animal Collective - tikwid.mp3 (extrait du maxi "People")



C'est vraiment n'importe quoi

Qu'est ce qui relie Brian Chippendale (le batteur de Lightning bolt), Antony (sans les johnsons, mais avec sa voix en provenance directe du cosmos), Konono (les congolais potes de the ex, qui jouent comme des punks du piano à pouce et du likembé électrifié), Chris Corsano et Timbaland ? Qu'est ce qui peut bien rassembler une telle horde de superhéros ? Ils participent tous... au prochain Bjork, disponible au printemps prochain. C'est fou tout ce qu'on peut faire quand on a suffisamment d'argent... On va donc être forcés de l'écouter. Peut être même que ça me réconciliera avec sa voix, devenue au fil du temps presque insoutenable à force de gémissements maniérés.


ps : on a fini par l'écouter. 90 % du disque est insipide. Konono et Chippendale assurent le minimum syndical.

François Virot Superstar

François a bientôt fini d'enregristrer son premier album ! Yeah ! Ca devrait sortir en septembre prochain sur Clapping Music, également label de Ramona Cordova. Bien entendu, François n'est pas content du résultat, et bien entendu c'est très bon. L'équivalent crust de Justin Timberlake (50% des filles et 80 % des gays rêvent de s'unir bibliquement à lui) s'apprête à envahir le coeur de vos copines avec “sa folk lunaire quelque part entre les beach boys, pixies, animal collective et daniel johnston” (je fais comme chronicart, qui recopie mot pour mot le dossier de presse dans un petit article consacré à François). Ca commence déjà à bien s'exciter autour de lui : un morceau sur la compil des inrockuptibles (la honte), un concert à emporter sur le site de la blogothèque (un des meilleurs de la série, allez vérifier ça sur leur site), plus de 20 000 visites sur son myspace machin... L'album n'est toujours pas mixé, je n'ai donc pas pu lui dérober un morceau pour le site, mais en attendant, voilà le très beau Say Fiesta, enregistré à la maison, ainsi qu'une reprise des Cure et de... Jay-Z (il essaie de le cacher, mais il est très doué pour les reprises).


say fiesta.mp3

close to me.mp3
hard knock life.mp3







Marnie Stern

Son premier album sort le 20 février sur Kill Rock Stars, mais c'est d'ores et déjà, pour moi, la gagnante de la punk academy 2007. Elle s'appelle Marnie Stern, elle a un look de déléguée de la classe, c'est une guitar hero, et zach hill le très haut produit le disque, en plus de l'accompagner à la batterie.

In advance of the broken arm, c'est la rencontre entre la famille hella/orthltrem/lightning bolt/fucking champs (bruit technique et furieux, tendance héroïco-métalleux), bikini kill (on reste dans le punk de fille énervée), joe satriani (oui, guitar hero style), les teletubbies (une bonne dose de débilité joviale dans les mélodies), et candy du pays de candy (elle a des couettes, enfin non, mais presque). Quelques heures après l'avoir découverte, je lui écrivais une longue lettre séductrice l'invitant à venir jouer à Lyon. Elle tournera problablement en europe l'année prochaine, zach hill l'accompagnera peut être, et elle “will definitely definitely definitely play at Grrrnd Zero”. Youpi.






absorb those numbers.mp3
put all your eggs in one basket and then watch that basket.mp3


A ECOUTER TRES FORT



A LA UNE

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !