jorisleptitdude


Les lourds rideaux de velours rouge de la Black Lodge dans la cruciale série Twin Peaks de ce bon vieux chantre de la méditation transcendantale qu'est David Lynch laissent à penser que cette étrange pièce labyrinthique et flippante où des nains atypiques fredonnent en verlan littéral serait une représentation de l'envers du décor du réel. Ou de la zone même du cerveau où se joue cette angoisse primale, que rien ne soit comme on le perçoit, que chaque individu au sourire bienveillant s'avère un ignoble croquemitaine, que d'intenses conspirations mondiales se trament secrètement dans quelque bureau du dernier étage d'un immeuble anonyme ou dans les arrière-salles de clubs chics ou encore dans des caves avec Laurence Ferrari et Laurence Parisot et le patron de Total portant des robes de bure et des capuches super-grandes en payant leur tribut à un quelconque démon issu d'un cercle avancé des enfers.

C'est parfois pareil avec un bête disque de rock. Oui, du rock. Rien que de l'écrire, mes doigts brûlent et mon thermomètre à scrupules grimpe dans le rouge. Tu l'écoutes vite fait et pas grand chose ne retient ton attention. Et puis, peut-être que d'y revenir permet de débloquer certains freins psychiques et qu'il finit par toucher certaines parois secrètes de ton esprit, bien planquées. Que tu t'éveilles à une autre compréhension. Et qu'il devient difficile de décrocher. C'est mon cas avec Bruise Constellation, premier LP en date de Circle Pit. Rappelons au monde incrédule que le Circle pit est une danse virile au cours de laquelle les participants courent en cercle sur un rythme rapide durant les concerts punk-hardcore, metalcore, et trash-metal :

big-mosh-pit-2007-copy

Circle Pit est un duo (accompagné d'une batteuse en concert) qui vient de Sydney en Australie, et rien que de les voir en photo donne envie de sortir nu dans la rue un soir de novembre pour se jeter dans la première fontaine tant eux aussi font monter la température (Ok, ils sont presque trop beaux pour pas être des gros poseurs. C'est énervant.). Découverts grâce, ou à cause de Ratcharge (zine punk lyonnais ou presque) et Freakout ( autre zine punk collectif lyonnais. Lisez-le ! ), qui chroniquaient leur premier et fantastique 7", bien plus punk et cra-cra, sorti sur le chouette label DIY Rip Society, australien lui aussi ( qui sort avec passion des disques d'autres groupes du même coin, notamment Zond et Royal Headache).
Ils en ont fait du chemin entre-temps les petits, puisque tout en préparant la sortie d'un nouveau 7" sur ce même label, les voilà qui sortent ce LP formidable chez Siltbreeze ( tranquillement un des meilleurs labels du monde, qui a sorti entre autres des disques de The Dead C, Puffy Areolas, Charalambides, Ratas del Vaticano, Guided By Voices, US Girls, ok ça va, j'arrête ).

Ces deux loulous sont à cheval sur un bourricot qui pourrait sentir le réchauffé et la fin de parcours, et pourtant. J'y entends des résurgences glam ou classic rock, des trucs un peu sexy des Rolling Stones, du T-Rex aussi. Ça ressemble aussi un peu à Royal Trux, ce vieux groupe indie de gens complètement barrés, qui comportait également un duo mixte et sexy. J'arrive pas vraiment à capter de quoi parle le groupe dans ses chansons, mais si vous voulez mon avis, ce disque sent le sexe à plein nez, du sexe cru qui n'a pas peur de se raconter, ces moments où quelque chose se passe avec ton/ta/tes partenaires que tu ne peux pas forcément expliquer, une complicité, une certaine forme d'engagement, de dévotion. Bref. Tu vois le tableau ? Les deux chantent et se répondent, avec la passion plutôt que la technique, les riffs claudiquent, la batterie est minimale, parfois à côté de la plaque, mais ça sonne pas faux. Ces chansons tiennent à pas grand-chose, et ont ce côté sec et dépouillé, bien in your face, qui les rend d'autant plus attachantes.

Le groupe prend son temps, et ne te livre ses tubes les plus évidents qu'après quelques morceaux. C'est pas autant le gros défouloir de leur premier 7", et ça perd en urgence et en violence ce que ça gagne en langueur avec son petit côté insidieux. C'est un peu plus clean pour le son aussi, et c'est pas dommage finalement, on entend les chants hyper distinctement et ça vaut plutôt le coup. Le début comme la fin du disque sont timides. Première baffe après quelques écoutes, l'enchaînement "Infinity" et "Hurricane". La première est une chanson down-tempo, laid-back, plutôt tranquille, une chanson de répit et d'amour après la guerre, chantée d'une voix sensuelle par l'élément masculin. Bien. La deuxième est une bombe et comme son nom l'indique, elle fait pas de prisonniers en emportant tout sur son passage, petit riff en or qui court après la batterie, les voix qui se parlent, s'écrasent et se complètent, agressives, avec cette fille qui chante vraiment à l'arraché et qui cherche pas à faire du joli. Oui.

Le reste est à l'avenant et coule tout seul après quelques écoutes. Globalement l'album ressemble de loin à une suite lancinante et hypnotique, la fusion des divers éléments tendant à prendre l'auditeur dans un piège tout à fait séduisant.  Y a bien quelques moments en-dessous, et on a sans doute pas affaire à un disque ultime ou à un quelconque chef-d'oeuvre, non, je le vis plutôt comme un disque de route, un disque de tous les jours quoi, qui te pousse et te porte, un disque passioné. "Shallow Grave" est une chanson poignante, retenue, qui curieusement donne envie de foncer dans le tas. Et d'aller voir derrière ces lourds rideaux de velours rouge si quelque chose de différent n'aurait pas échappé à notre regard blasé par la froide banalité d'un monde où tout ne fait que circuler.

Circle Pit - Infinity

Circle Pit - Hurricane

Circle Pit - Shallow Grave

Et aussi un morceau issu du premier 7". A l'époque il était encore possible de confondre avec un groupe de no-wave, avec un son du garage de ton papa au chômage. Les enfants chantent, se lèchent les oreilles et font la sarabande en picolant du mauvais bourbon :

Circle Pit - Everybody Left



En bonus dans "lire la suite", une bonne vidéo de poseurs pour le titre "Speed Limits"



{youtube width="600" height="365"}YPlynULB0FE{/youtube}

A LA UNE

  • DES NOUVELLES DU CHANTIER #6

    Voici des photos récentes de l'avancé des travaux : ... ... Isolation des containers : ... ......

  • Un geste lourd de sens

    Si tu es arrivé sur cette page, c'est que tu envisages de participer à Grrrnd Zero. Merci, on va...

  • Grrrnd Zero recherche !

    On récupère tout ce qui est inscrit dans cette liste pour alimenter le glouton-chantier Bohlen.Si...

  • Agenda GZ

    On poursuit la reconquête du nouveau gz, m² par m², tout en organisant des concerts un peu...

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !

VEN 14/12 : THE EX + LE SINGE BLANC
VEN 14/12 : THE EX + LE SINGE BLANC

  RESERVATION OBLIGATOIRE en écrivant à  [ ... ]

SAM 15/12 : BALL-TRAP + BINAIRE + DUPEK + MARVIN + M. MARCAILLE + PORD + POUTRE ...

  Le Pakebot s’échoue délicatement à  [ ... ]

MER 16/01 : HORDUR + CONGREED
MER 16/01 : HORDUR + CONGREED

    HORDUR
Nos stars local sortent le [ ... ]

??/01 : Théâtre - FAUT-IL TUER OLIVIER MASSON ?
??/01 : Théâtre -  FAUT-IL TUER OLIVIER MASSON ?

    Synopsis
La pièce suit le dérou [ ... ]

MER 30/01 : DELACAVE + MARIA VIOLENZA
MER 30/01 : DELACAVE + MARIA VIOLENZA

  DELACAVE MARIA VIOLENZA   --- Pl [ ... ]

Other Articles