bencover500px

 

J’avais pourtant mis un post-it, mais je n’ai toujours pas parlé de Ben Frost, alors qu’on a récemment vécu peut-être la seule et unique « tempête » de neige de l’année, et que je ne vois pas ce qu’on pourrait écouter d’autres dans ces moments là. Donc là vite tout de suite, il faudrait sortir, marcher à découvert contre le vent, prendre le volant pour s’égarer de nuit, dans un endroit suffisamment désert et encore recouvert de neige, pour pouvoir enfin, écouter à la lumière des phares, « By The Throat ».

Sorti en octobre dernier sur Bedroom Community, cet album pourrait être la bande-son drone du prochain film de la prévention routière/de WWF/de David Lynch. On peut aussi penser à du Arvo Pärt tabassé à la scie sauteuse, étouffé dans du souffre et enterré à la pelle mécanique.

Après avoir fait des trucs plutôt ambient/post-rock, Ben Frost mélange, depuis Theory of Machines (2007), plutôt bien musique concrète, click and cuts et sonorités métal. En fait, c’est surtout depuis qu’il a émigré en Islande, que sa musique est devenue bien. Australien de naissance, on l’imagine bien débarquant de sa terre natale en short de plage et tong, ne pas se faire comprendre à cause de son accent délicat et finir par se perdre dans une forêt sombre et organique, traqué par une meute de loups. By the Throat serait alors le récit de cette arrivée chaleureuse.

L’analogie avec le territoire d’adoption de Frost est un peu trop pratique, mais difficile de ne pas penser tout au long du cd à des étendues inhumaines de roches et de lichens, à des distances solitaires, démesurées et inhospitalières. Ce « vide » d’hommes opposé au « plein » du sol, furieux et instable, forme l’épicentre permanent de By The Throat. Les guitares y sont des plaques tectoniques, elles se chevauchent comme des plaques d’aciers se froissent : dans des geysers d’étincelles amplifiées.

Ces saturations traversent de part en part By The Throat, que se soit sous la forme de cordes, de cuivres, d’hurlements bestiaux ou de chœurs fantomatiques (Peter Venkman Pt. 1 et 2). Dans Killshot, elles possèdent les guitares qui maltraitent alors mécaniquement la mélodie fragile du piano. Sur Híbakúsja, elles écrasent l’espace en lacérant un oppressant jeu de cordes, au point d’asphyxier les samples de voix.

Et finalement c’est très pratique pour prendre le temps de ruminer sur le vide de l'existence, les injustices sentimentales traversées et le décalage cuisant entre les talents dont au aurait besoin et ceux que l'on possède réellement.

Kill Shot Rouler sur l'autoroute sous la neige et oublier de freiner.

Híbakúsja Se perdre dans les bois avec son thermos de café vide.

Peter Venkman Pt. 1 / … Bill Murray courage

Leo Needs A New Pair of Shoes Un piano et un banjo font des raquettes

Through The Glass of The Roof Tentative de domptage d’un troupeau de grindcoreux à l’aide d’un laptop

A LA UNE

  • DES NOUVELLES DU CHANTIER #6

    Voici des photos récentes de l'avancé des travaux : ... ... Isolation des containers : ... ......

  • Un geste lourd de sens

    Si tu es arrivé sur cette page, c'est que tu envisages de participer à Grrrnd Zero. Merci, on va...

  • Grrrnd Zero recherche !

    On récupère tout ce qui est inscrit dans cette liste pour alimenter le glouton-chantier Bohlen.Si...

  • Agenda GZ

    On poursuit la reconquête du nouveau gz, m² par m², tout en organisant des concerts un peu...

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !