image 8407c

Le weekend du 24-25, Grrrnd Zero accueille le salon d'édition Paper Melody. On leur a donc envoyé notre reporter Leyzyar V'erbillajge poser quelques questions pour en savoir plus.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO

 

 

Qui êtes-vous et comment vous est venue cette idée ? Est-ce que c'est la première fois que vous organisez quelque chose comme ça ? Quelles difficultés et quelles facilités s'offrent à vous ? Est-ce qu'il y a des évidences et est-ce qu'il y a des contrariétés ou des doutes ? Quel est votre rapport à la chose collective ? Est-ce que vous vous considérez comme un collectif ou pas forcément ?

On est un groupe de plus ou moins cinq personnes, quatre graphistes et un ingénieur acousticien. Le groupe s’est constitué par affinités et surtout motivation commune. La répartition des tâches et des responsabilités s’est faite progressivement, en fonction du temps dont chacun·e disposait et de ses envies. On ne s’est jamais posé la question clairement de la définition de notre groupe. D’ailleurs, on n’a aucun statut officiel pour le moment, on verra peut-être par la suite.

L’un d’entre nous avait déjà organisé des concerts de musique électronique et des fêtes à Toulouse, mais personne n’avait d’expérience dans l’organisation d’un événement de ce type et de cette ampleur. On y est allé·es un peu en tâtonnant, avec l’aide de nombreuses personnes gravitant autour de GZ et de la Luttine notamment. Elles nous ont partagé leur expérience et leurs connaissances sur le sujet, ça nous a énormément aidé à démarrer. Il y avait aussi eu un début d’orga de salon d’édition il y a un ou deux ans de cela, qui n’avait jamais vu le jour. Ça nous a donné une bonne lancée de lire leur dernier compte-rendu de réunion.

Une grande partie du groupe s’est rencontrée aux beaux-arts. L’école et ses moyens nous ont fortement influencé·es pour penser ce salon. On a aussi organisé une soirée de soutien pour collecter des fonds pour le sal00n. Mais on a vu trop gros, on a eu beaucoup de frais et donc peu de bénéfices. Alors tout le monde avance un peu d’argent de sa poche, ce qui est certainement normal pour le démarrage d’un projet de ce genre. L’autre difficulté a été la gestion du temps, car aucun·e d’entre nous ne pouvait se concentrer uniquement sur le sal00n, on avait toustes beaucoup d’autres projets à gérer et ça n’a pas toujours avancé comme on le souhaitait.

 

 

Est-ce que le salon ça permet pas aussi de créer un foyer, un temps pour plusieurs éléments éparses de se retrouver en présence au même moment quand l'édition et l'espace du livre est peut-être un espace de distance ?

Oui clairement, c’est aussi pour ça qu’on avait envie d’inviter des cantines à proposer des repas et qu’on a prévu des concerts le samedi soir. On avait pensé à ce festival d’édition pour réunir (un certain) écosystème d’édition et ne pas être juste dans du commerce de livres. Les ateliers participent aussi à ça, à créer du lien en mêlant les éditeur·ices, l’orga, les bénévoles et les visiteur·ices. Lorsqu’on sort de l’échelle de la micro-édtion justement, il est plus rare de pouvoir échanger avec les éditeur·ices et les auteur·ices des bouquins qu’on lit et qu’on regarde. C’est ce qui va distinguer une visite dans un “salon” à celle dans une librairie. On aimait bien l’idée du salon-colonie de vacances, donc le terme de foyer s’applique assez bien.

 

 

 

Il va y avoir des ateliers, qu'est-ce qui va se passer ?

Il y aura un atelier traduction avec Yann Trividic, un atelier de gravure sur plâtre avec ZZtoff et un atelier fanzine, dispensé par le groupe d’Envie Pressante et de Béton Roman. Ce sont toustes des exposant·es du sal00n, ou des personnes qui gravitent autour d’elleux, autour de l’impression et du travail du texte.

Il y aura des lancements d’éditions récemment parues, qui donneront certainement lieu à des lectures. Il y aura aussi des concerts le samedi, à partir de 19h.

 

Pouvez-vous présenter les collectifs et maisons d'édition que vous invitez ?

Il y aura une vingtaine de maisons d’édition et de projets éditoriaux français et belges, comme des distros, une fanzinothèque, mais aussi une “librairie des absent·es” où on pourra trouver des bouquins édités par toutes les personnes qui n’ont pas pu faire le déplacement jusqu’à GZ pour l’occasion. Dans l’ensemble, il y a pas mal d’essais, d’écrits politiques, mais aussi de livres avec une attention portée au design, un peu d’illustration et de livres graphiques.

 

Prosaïquement, quelles économies se retrouvent dans ce salon ? On croit savoir que c'est une réflexion qui court le long des maisons d'éditions auto-suffisantes, je pense au livre qui était sorti à la Fabrique sur comment faire un livre mais aussi au fascicule des éditions burn-août. Alors je voudrais vous poser une question sur les conditions matérielles de l'édition, quels espaces ? Quelles machines ? Quelles nécessités ?

Quelles sont vos réseaux de transmissions et quelles sont les voies de distribution privilégiées par les gens que vous invitez ?

Pour construire ce sal00n, on a fonctionné un peu intuitivement dès le début, avec ce qu’on avait de connaissances et de matériel. Nous fonctionnons sur la base du bénévolat et de l’auto-financement. Mais ce n’était pas un critère de sélection pour nos invité·es. Si la plupart d’entre elleux peuvent imprimer dans des ateliers associatifs et diffuser leurs éditions dans leurs cercles sociaux, par le biais d’évènements musicaux et éditoriaux, ce n’est pas le cas de tout le monde. Certain·es travaillent avec des imprimeur·euses professionnel·les, des diffuseurs et sont distribué·es dans de nombreuses librairies. On pourra trouver des éditions à 50 tirages et d’autres à 5000.

Mais finalement, il y a quand même une cohérence dans toutes ces éditions, elles font partie de la même “famille”, dans le sens de réseau de personnes, de valeurs et d’intérêts. D’ailleurs, l’intérêt du salon c’est aussi de devenir un moyen de diffusion groupée.

 

Vous insistez que c'est un festival d'édition et non pas de micro-édition, qu'est-ce qui est important dans cette précision ? Et en tant qu'orga de ce salon quels regards portez-vous sur le DIY et les pratiques qui y sont associées ?

Il y aura de la micro-édition, mais pas que. On est revenu·es sur ce terme de micro-édition parce qu’on a justement eu envie d’inviter des projets d’échelles de diffusion et de fabrication variées. On n’a pas voulu se restreindre d’emblée à l’échelle sous-entendue par la micro-édition.

L’idée de ce salon vient aussi d’un manque qu’on a ressenti à Lyon, où on a pu voir pas mal de salons de fanzine. Bien que les sujets abordés et les manières de les traiter du fanzinat puissent être très diverses, il existe un tas d’autres éditions tout aussi intéressantes et parfois même aventureuses dans des cercles éditoriaux plus visibles. La question du mode de production DIY est extrêmement intéressante, mais on a pas voulu en faire notre ligne directrice pour ce week-end d’édition.

 

 

J'imagine que vous avez déjà dû réfléchir aux relations entre l'édition papier et l'édition numérique ? Je me souviens d'une interview paru dans Libraioli chez SILO qui parlait de l'acte de publication. Que pensez-vous de la façon dont les réseaux sociaux continuent de capter sur internet la fonction de publication ? Je veux dire des fois j'ai l'impression qu'une chose existe parce qu'elle est publiée ou promu via les réseaux, on dirait le journal officiel mais éclatée dans une myriade de chambres d'échos ou centres d'intérêts.

Un constat émerge: ces dernières années, les réseaux sont devenus incontournables, toutes les couches de la société en font usage. Notre attention est sollicitée en permanence, et bien qu’il y ait parfois la possibilité de faire de véritables trouvailles, on reste majoritairement dans un labyrinthe fait de culs-de-sac et de détours.

C’est donc un choix que de se retrouver IRL, pour pallier à une approche immatérielle qui peut être indésirable lorsqu’elle devient normative. C’est aussi une manière de mettre en valeur le postulat de celles et ceux qui ne se retrouveraient pas à travers ces types de réceptions.

Cela dit, le numérique et les réseaux sociaux permettent aussi de nouvelles manières de diffuser l’édition qui ne sont pas à rejeter en bloc. On a par exemple invité le projet Béton Roman, qui est une maison d’édition assez mystérieuse ; malgré son site fourni, aucune de ses éditions n’existe en papier. Il n’y a pas non plus de PDF disponible, comme pourrait le faire Burn Août. On s’est demandé comment ça pouvait exister physiquement dans un sal00n d’édition. Il y a aussi la librairie pirate de Victor, qui donne des pdf d’éditions sur la musique via Instagram. Là on va faire simple, il va nous envoyer une dropbox de ses livres piratés qu’on va imprimer aux beaux-arts et laisser en libre accès.

 

 

On a l'impression avec la catastrophe environnementale, la pandémie et les basculements qui en procèdent, que s'exacerbent à la fois les tensions et les vulnérabilités mais aussi les impératifs pragmatiques, à l'échelle des choses qui nous concerne ici et de nos bibliomanies qu'est-ce que ça peut vouloir dire ?

Même si le contexte actuel est extrêmement violent à plein de niveaux -ou peut-être justement parce que c’est le cas- il nous semble important de conserver des espaces de partage, physiques et intellectuels, de continuer à provoquer des rencontres et de la création. Un projet comme Paper Melody ça n’a pas comme seul but de s’extraire de la “réalité”, mais c’est là aussi pour continuer d’y trouver de l’humanité et de l’intérêt.

 

 

Paper Melody, c'est très joli ! J'avais été frappé l'année dernière dans des lectures de la façon dont la musique ou la musicalité pouvaient être convoqués dès lors qu'il s'agit d'ouvrir la réflexion vers des concordances abstraites ou des harmonies intuitives dures à décrire mais généralement ayant trait au temps. Où situez-vous l'harmonie dans le processus d'édition ? S’il y a une mélodie du papier, comment envisagez-vous les rythmes ?

Merci ! À l’origine, le nom devait seulement être celui de la soirée de soutien en juin dernier, mais il nous a tellement plu qu’on l’a conservé pour le sal00n. Au-delà de la musicalité, la notion d’harmonie peut apparaître à travers différentes étapes du processus éditorial. Elle va se retrouver dans l’ajustement des idées et des perceptions entre les différent·es acteur·ices du projet, puis à l’intérieur de l’ensemble des choix graphiques. On pense une forme en fonction de son contenu, de ce qu’on veut lui faire dire, de là où on veut l’emmener. Tous les choix sont aussi interdépendants, la plupart du temps ils découlent les uns des autres. Le caractère typographique dépend de la grille, la grille dépend du format, qui dépend lui-même du contenu et du type d’objet que l’on souhaite créer. L’ordre de développement n’est pas fixe, mais il y a toujours des rapports d’harmonie.

Le rythme est un autre élément très important dans le processus éditorial. Quand on pense une succession d’images, de textes, parfois de thèmes et d’approches (dans une revue par exemple, ou bien dans un ouvrage collectif) on crée un rythme. Quand on compose une image, une affiche ou autre, la question se pose toujours tacitement aussi. Il faut trouver une cohérence dans l’agencement des formes, des couleurs et des messages.

 

 

Merci !

* : Je pense au livre de Jérôme Baschet sur la Tyrannie du Présent, celui d'Harmut Rosa, Résonnance ou de Jakob Von Uexküll qui traite de Milieu animal et Milieu Humain.

A LA UNE

GRRRND RADIO

RadioGZ

Un arc-en-ciel planté dans le béton.

1001 chansons offertes par les groupes qui ont joué à GrrrndZero.

Clique sur le poste !

MAR 29/11 : MANDIBULA + NEIGE MORTE + RAN
MAR 29/11 : MANDIBULA + NEIGE MORTE + RAN

Que du beau monde pour cette journée mondiale d [ ... ]

VEN 9/12/22 : HERMETT + SUERTE + RABBEAT + OROR + NZM 99 + NKT
VEN 9/12/22 : HERMETT + SUERTE + RABBEAT + OROR + NZM 99 + NKT

LES INTERGALACTIQUES, Festival de science fictio [ ... ]